Présentation

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Images Aléatoires

  • Expo club histoire 2010 12
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4693r
  • Article journal 18.06.2011 1er prix CNRD
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4688r
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4691
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4687
Dimanche 5 février 7 05 /02 /Fév 13:57

 

 

LA FRANCE EN VILLES

6-7 heures                                                                                         Manuel Magnard 2011

 

Image satellite : La France nocturne.

Les points brillants montrent la densité de population des grandes villes.

  etalement-urbain-france-lumiere-nuit-image-satellite.jpg

 

Quels ensembles peut-on différencier et quels noms leur donner ? Quel constat peut-on faire sur la présence des villes en France à partir de cette image ?

 

Introduction : La France est « en villes », puisque plus de quatre Français sur cinq (82%) habitent dans une ville et que les mouvements de population (accroissement naturel et migrations internes) continuent de renforcer les aires urbaines.

            Depuis la fin de l’exode rural dans les années 1960 les villes concentrent la population française : aujourd’hui 82% des Français habitent en ville. L’urbanisation continue de se renforcer avec les mouvements de population vers les grandes métropoles (métropolisation) mais aussi la migration des citadins vers les périphéries rurales (périurbanisation). Les mouvements de population s’exercent aussi au sein des villes soumises à des inégalités socio-spatiales.

Problématique :

1) Quelles sont les dynamiques et les rôles des villes au sein de la France ?

2) Quels sont les types d’espaces ruraux et leurs perspectives à l’heure de la mondialisation et du développement durable ?

 

I. Quels sont les grands traits des dynamiques spatiales de la population française ?

 

            A. Quelles sont les caractéristiques de l’urbanisation en France ?

 

                        1. Quelles sont les formes de l’urbanisation du territoire ?

(

Echelle nationale : Quels sont les contrastes dans la distribution de la population urbaine ?

 

Carte 1 page 100 : France « du vide », France des « pleins »

Présenter le document.

La carte France « du vide », France des « pleins » a été réalisée à partir des données du recensement de la population fournies par l’INSEE pour l’année 2006. Elle montre la distribution de la population sur la métropole et les DROM français avec deux unités de mesure : la densité en habitants au km² et la population des aires urbaines en millions d’habitants.

 

Quels contrastes apparaissent dans la distribution de la population française ?

À l’échelle nationale, la « diagonale du vide » apparaît nettement du Luxembourg aux Pyrénées, ainsi que l’opposition, de part et d’autre d’une ligne Le Havre-Marseille, entre une France plus urbaine aux contrastes de densités plus importants à l’Est, alors qu’à l’Ouest de cette ligne, les métropoles sont plus rares et les contrastes de densité plus faibles. 60 % de la population occupe 8 % du territoire.

_ La population française est concentrée dans l’espace à dominante urbaine : 82% de la population française réside dans l’une des 354 aires urbaines de la métropole. 

_ Le territoire français est inégalement urbanisé avec l’opposition de part et d’autre d’une ligne fictive Le Havre/Marseille d’un Est urbanisé (18 des 30 principales aires urbaines) et de l’ouest moins urbanisé.

 

Où sont situés les principaux pleins ?

Les principaux pleins prennent une forme aréolaire autour des grandes métropoles ; ils forment des rubans le long des littoraux et des principaux fleuves du pays, secondairement le long d’accidents topographiques (Côte d’or, piémont pyrénéen). Ils prennent une forme de zone lorsqu’ils correspondent historiquement à une activité économique dominante peuplante : bassin minier du Nord, Languedoc viticole.

 

Où sont les principales aires urbaines ? Où sont-elles le moins présentes ?

On remarque l’importance des aires urbaines dans le peuplement, des littoraux méditerranéens et de la Manche, des vallées fluviales et des frontières du Nord. Une zone moins peuplée est nettement visible des Ardennes aux Pyrénées en passant notamment par le Massif Central ; les Alpes apparaissent aussi peu peuplées.

_  La population urbaine se concentre dans l’Île-de-France, sur les axes fluviaux rhénan et rhodanien, le long du littoral méditerranéen.

 

Où sont les principaux vides ?

Les principaux vides correspondent aux montagnes, à des espaces peu fertiles (Landes, Sologne) et à des espaces ruraux isolés (Sud et Est du Bassin Parisien).

_  La « diagonale du vide » parcourant un espace entre Luxembourg et Pyrénées comportent peu d’aires urbaines importantes.10% des habitants se répartissent sur les deux tiers de la superficie.

 

)

OU

 

 

Carte 2 page 101 : Un peuplement à dominante urbaine

Présenter le document.

La carte est bâtie sur le zonage en aires urbaines (ZAU) établi par l’INSEE depuis 1996. Elle  montre l’étendue de l’espace à dominante urbaine qui rassemble 82 % de la population urbaine.

 

Quels sont les trois types d’espaces à dominante urbaine ?

Une aire urbaine est, selon la définition de l’INSEE, un ensemble continu formé par un pôle urbain (unité urbaine offrant plus de 5 000 emplois) et par sa couronne périurbaine, c’est-à-dire les communes dont 40 % de la population active résidente travaille dans une autre commune de l’aire urbaine (voir doc. 2 p. 105).

Parmi les 354 aires urbaines, on distingue les 12 aires métropolitaines (ayant au moins 500 000 habitants et concentrant au moins 20 000 cadres des fonctions métropolitaines) et 29 autres aires urbaines de plus de 200 000 habitants concentrant, à un moindre degré, les cadres des fonctions métropolitaines.

Les communes multipolarisées sont des communes qui envoient au moins 40 % de leur population active vers plusieurs aires urbaines sans que le total de l’une d’elles dépasse les 40 %.

_ 354 aires urbaines regroupent 82% de la population française.  Ces aires urbaines sont d’importance inégale :

* Les 12 aires métropolitaines comportent au moins 500 000 habitants et concentrent plus de 20 000 cadres de fonctions métropolitaines.

* Les 29 « grandes aires urbaines » sont peuplées par plus de 200 000 habitants et concentrent des cadres des fonctions métropolitaines.

* Les communes multipolarisées envoient au moins 40% de leur population active vers plusieurs aires urbaines sans que le total de l’une d’elles dépasse les 40 %.

Aires urbaines, espace à dominante urbaine (p. 104) : espaces constitués des pôles urbains (agglomérations

comportant au moins 5000 emplois) et de leur espace périurbain.

 

 

schema-espaces-urbains--espaces-ruraux.jpg

 

2. Quelle est l’armature urbaine de la France ?

 

Carte 2 page 101 : Un peuplement à dominante urbaine

 

Quelle est la hiérarchie urbaine en France ?

_ L’armature urbaine est hiérarchisée et macrocéphale.

* Le réseau urbain français est macrocéphale. Il est dominé par Paris et ses 11,8 millions de Français, soit 18,5   % de la population totale. C’est une métropole de niveau mondial.

* Les principales aires urbaines métropolitaines provinciales sont en forte croissance et dépassent le million d’habitants : Lyon (1,7), Marseille-Aix (1,6), Lille-Roubaix-Tourcoing (1,2), Toulouse (1,1), Bordeaux et Nice-Côte d’Azur (1).

* Les villes moyennes (entre 20 000 et 100 000 habitants) sont nombreuses. Elles jouent un rôle important dans l’encadrement du territoire en offrant par exemple des services de proximité. (En 2008 : agglomération de Troyes : 124 00 habitants, commune de Romilly sur Seine : 13 803 habitants).

_ La macrocéphalie se retrouve pour les régions d’outre-mer où la ville principale regroupe 30% de la population.

 

 

 

Schéma l'armature urbaine

 

 

Schéma les principales aires urbaines en France

 

 

 

 

 

3. Quels sont les processus d’urbanisation et de mouvements de population ?

 

Graphiques 1 page 105 : La population des aires urbaines (1965-2006)

Graphique b : Evolution de la population

De quand date l’augmentation de la population urbaine dans les banlieues et couronnes périurbaines ?

_ L’augmentation de la population urbaine avec le gonflement des zones pavillonnaires et des couronnes périurbaines date des années 1960. Cela correspond au « baby boom » et à un important afflux d'immigrants appelés en France d'abord pour les besoins de la reconstruction puis en raison du dynamisme économique.

 

Graphique a : Taux annuels moyen d’évolution démographique (en %)

Quelle est l’évolution démographique des centres-villes ? Des couronnes périurbaines ? Pourquoi ?

La perte de population dans les centres-villes s’explique par le départ d’urbains vers les couronnes périurbaines.

 

_ L'augmentation de la population urbaine et la démocratisation de l’automobile favorise l'extension du tissu urbain et en particulier celle des banlieues où l'on construit de grands immeubles pour abriter les populations les plus modestes.

_ La forte croissance économique française des Trente Glorieuses entraîne une augmentation des salaires et le développement de la classe moyenne. Cette dernière cherche une accession à la propriété individuelle (encouragée par l'État) : les zones d'habitat pavillonnaire commencent à se développer dans les communes périurbaines : c’est la périurbanisation. Actuellement, les centres-villes qui étaient davantage délaissés sont réhabilités et redeviennent attractifs : la population des villes-centres est en hausse de 0,3% entre 1999 et 2006.

_ Des pôles urbains secondaires (satellites) se développent autour des villes avec un habitat résidentiel et également des activités économiques, la création d’emplois.

Périurbanisation, espace périurbain (p. 104) : extension de la ville au-delà du pôle urbain (il y a rupture du bâti) où 40% au moins de la population active travaille dans l’aire urbaine.

 

Carte 2 page 105 : L’espace à dominante urbaine

A partir de la carte réaliser un schéma simplifié montrant le découpage des aires urbaines.

 

 

Schema-le-decoupage-des-aires-urbaines.jpg

 

Tableaux 3 page 105 : Croissance et décroissance urbaine

Quelles sont les causes de la croissance ou décroissance urbaine ?

_ Les dynamiques démographiques des aires urbaines en France ont des causes variées :

* La décroissance urbaine s’explique par une perte de compétitivité industrielle dans les zones industrielles du Nord et de l’Est.

* La croissance urbaine a pour cause un gain d’attractivité dans les zones ensoleillées (héliotropisme) en Méditerranée. 

 

 

Les dynamiques démographiques des aires urbaines

  Les-dynamiques-demographiques-des-aires-urbaines.jpg

 

 

Quels problèmes posent l’étalement urbain ?

_ L'étalement urbain est source de problèmes pour les communes urbaines :

* il nécessite un important développement des infrastructures de transport, ce qui entraîne un bétonnage de plus en plus important de vastes surfaces: on parle d'artificialisation du milieu.
* avec le règne de la voiture individuelle, l'étalement urbain entraîne en effet une très forte augmentation des mobilités et des migrations pendulaires (aller et retour du lieu de domicile au lieu de travail). Il a aussi pour conséquences un engorgement des transports (embouteillages) et une augmentation de la pollution atmosphérique urbaine (nuage de pollution au dessus des villes, smog).

_ L'étalement urbain et l'augmentation des mobilités constituent des problèmes pour les municipalités qui veulent développer des villes durables.

 

 

Schema-organisation-de-la-ville.jpg

 

 

DIAPORAMAS EN LIGNE :

 

La France en villes :

http://www.youtube.com/watch?v=4R88dtN_R_Q&list=UUo4ybQHVn7Wyimx99q8qzQQ&index=3&feature=plcp

 

 

Un lien pour réviser : http://evasionhistoria-cr.blogspot.com/2011/11/la-france-en-villes.html

 

 

 

Quelques liens vidéos sur la métropolisation :

 

 

Lien : Reims

* http://www.dailymotion.com/video/xg46s8_reims-2020-la-metropolisation-concrete-avec-le-g10_news

* http://www.youtube.com/watch?v=D5Ps3P_GN60

 

 

 Lien : Lyon

 http://www.millenaire3.com/La-metropolisation-au-Grand-Lyon-1959-2009.1207.0.html (prendre la métropolisation 1999-2009   )

 

 

 

 

B. Comment le processus de métropolisation touche t-il la France etquels en sont ses effets ?

                        1. Quelles sont les caractéristiques des métropoles ?

 

Texte 6 page 107 : La métropolisation des grandes villes françaises

Quels sont les deux aspects primordiaux pour devenir une métropole ? (fin du premier paragraphe)

Les deux aspects primordiaux sont :

* un nombre importants de « fonctions supérieures » (l. 11-12) c’est-à-dire des fonctions de commandement comme celles du pouvoir politique, des décisions économiques, ou encore dans les médias, la recherche scientifique ou la vie intellectuelle.

* « ces éléments doivent se connecter pour créer un effet réseau » (l. 13-14) : les éléments de puissance de la ville doivent être reliés pour exercer une influence sur un territoire.

 

Quels sont les secteurs permettant la métropolisation ? (fin du deuxième paragraphe) ?

Deux secteurs en plus des fonctions de commandement (politique, économique, voire médiatique) peuvent favoriser la transformation d’une ville en métropole : « la création de parcs technologique ou technopôles » (l. 24-25) et « la culture » (l. 27).

 

_ Les villes d’au moins 200 000 habitants tentent de parvenir au statut de métropoles. En effet le processus de métropolisation correspond au renforcement des pouvoirs et de l’influence des villes par la concentration des fonctions de commandement, des richesses et de la population au sein de la ville.

Métropole (p. 106) : ville importante qui exerce son influence sur un territoire étendu, régional, national, international, voire mondial.

Métropolisation (p. 106) : concentration accrue des hommes et des activités de décision, de conception et de direction dans les métropoles les plus grandes.

 

 

Pourquoi le processus de métropolisation s’est-il diffusé à la France ?

_ Le géographe Jean-François Gravier désigne en 1947 le territoire national de « Paris et le désert français ». Pour rééquilibrer le territoire l’Etat a créé en 1963 la DATAR (Délégation interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale) pour contrecarrer l'hypercentralisation du pays. La DATAR met en œuvre dès création la politique de développement des « métropoles d'équilibre ». Aujourd’hui les métropoles structurent le territoire.

 

2. Comment le processus de métropolisation affecte-t-il les villes à différentes échelles ?

 

Photographie 5 page 107 : Le quartier Euralille

En quoi le quartier Euralille montre-t-il le réseau et l’influence d’une métropole sur des territoires de différentes échelles ? (Locale, régionale, européenne) 

Le quartier Euralille est un centre d’affaire exerçant une influence sur des territoires par son très bon réseau de transport ferroviaire :

* la ligne à grande vitesse relie l’agglomération de Lille et son centre d’affaire aux grandes capitales du cœur économique européen (gare TGV Paris-Londres-Bruxelles) ;

* Le LGV relie Lille aux grandes métropoles françaises.

* Lille est également relié au territoire régional par le TER, le Corail via la gare Lille Flandres.

 

_ Les métropoles régionales françaises ont un rayonnement international limité face à la puissance parisienne, mais elles renforcent leur attractivité en nouant des relations entre elles et en rénovant leurs centres-villes : le  quartier Euralille de l’agglomération lilloise est un centre d’affaire valorisé par la gare TGV lui donnant un rayonnement international par la liaison avec trois capitales européennes (Paris-Londres-Bruxelles). Les nouveaux centres métropolitains sont des projets ambitieux : Euroméditerranée pour Marseille, Bordeaux Euratlantique ou encore Lyon Confluence.

_ Les activités des métropoles sont nombreuses et leur permettent de structurer le territoire à l’échelle régionale par leurs offres de services rares (université, centre hospitalier universitaire, lieux culturels), par leurs commerces spécialisés, leurs infrastructures de transport rapides (aéroport, gare TGV).

 

En quoi l’exemple d’Euralille montre un polycentrisme plus important en France ?

_ Les métropoles françaises pour renforcer leur rôle augmentent leurs liens entre elles, avec la capitale et avec les villes étrangères. La multiplication des liens et des réseaux en dehors de Paris favorise l'émergence d'un réseau urbain polycentrique en France qui n'est pas uniquement centré sur la capitale : on parle d'un archipel métropolitain. L’archipel métropolitain est l’ensemble des métropoles entretenant de fortes relations et fonctionnant en réseau, au détriment des espaces intermédiaires.

 

 Schema-D-une-France-macrocephale-a-une-France-polycentri.jpg



3. En quoi le processus de métropolisation renforce-t-il les inégalités territoriales ?

 

Carte 7 page 107 : Les emplois « métropolitains » en France

Quelle métropole concentre les emplois stratégiques ? Pourquoi ?

_ La capitale concentre 45% des cadres des fonctions métropolitaines (actifs à fort niveau de qualification travaillant dans les secteurs clés de l’économie selon l’INSEE). Elle concentre les fonctions d’Etat (activités publiques de haut niveau telles les administrations, les universités, les grandes écoles, les centres de recherches, les Centre Hospitalier de Recherche Universitaire) et les emplois liés à sa puissance économique (Paris produit 29% du PIB), financières et administratives ( sièges sociaux de FTN, services des entreprises, etc.).

_ Paris est une métropole attractive : c’est une ville-monde avec ses 11,8 millions d’habitants (18,5% de la population française). La capitale est à la tête du réseau urbain français. Elle dispose d’importantes fonctions de commandement au niveau politique et économique. Paris est aussi au centre du système de transport français. C’est un hub dont les deux aéroports internationaux assurent 70% du trafic aérien français et monopolisent l’essentiel des échanges internationaux.

Hub (p. 313) : point d’un réseau de transport international qui concentre et redistribue les voyageurs et les marchandises dans de nombreuses directions.

 

En quoi la carte montre-t-elle des inégalités dans la métropolisation ? Quelles en sont les conséquences ?

_ Les espaces ruraux éloignés des grandes villes sont en marge de la métropolisation, par exemple la « diagonale du vide » des Pyrénées aux Ardennes. Même lorsqu’ils sont traversés par des réseaux de transport rapide (autoroutes, TGV) les espaces ruraux sont victimes d’un « effet tunnel » et ne sont pas valorisés par ce trafic. (cf. cours sur la Champagne-Ardenne).

_ Les villes petites et moyennes permettent d’accéder aux services et aux commerces non spécialisés, mais pas aux services supérieurs offerts par les métropoles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par M. Martineau - Publié dans : Cours 1ère
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés