Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 2e Histoire : Les Hommes de la Renaissance 3

9 Novembre 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

III. Quel est le nouveau regard sur la foi au XVI siècle ?

 

A. Comment le discours de Luther a-t-il donné naissance à un nouveau courant religieux ?

 

Etude de cas : Martin Luther, réformateur et père du protestantisme, pages 194-195

 

PRELEVER ET CONFRONTER DES INFORMATIONS

 

Question 1 page 195 : Comment Luther considère-t-il la relation entre le croyant et Dieu ? (doc. 1, 2, 6). 

Luther considère que le salut du fidèle est assuré par la foi seule, tout entière contenue dans l’Ecriture sainte (doc. 1 et 2), que chacun peut interpréter (doc. 6).

 

Question 2 page 195 : Quelles sont les critiques que Luther formule à l’égard de l’Eglise ? (doc. 2, 3). 

Il reproche à l’Eglise de donner une importance égale à la foi et aux œuvres, et de laisser croire aux fidèles que le salut s’achète (doc. 2). Cela le conduit à rejeter l’autorité du pape (doc. 3).

 

Question 3 page 195 : De quelle nature est la rupture prônée par Luther ? (doc. 3, 5). 

Il prône une rupture spirituelle avec l’Eglise et accepte de la quitter (doc. 3), mais ne veut pas d’un bouleversement social (doc. 5).

 

Question 4 page 195 : Comment se diffusent les idées de Luther ? (doc. 2, 3, 4, 5,6). 

Par l’écrit (les 95 Thèses, doc. 2, la lecture de la Bible par chacun en allemand, doc. 6), la prédication (doc. 4), le soutien des autorités, mais aussi par des actes spectaculaires (doc. 3), qui peuvent déboucher sur des conflits sociaux (doc. 5).  

 

Question 5 page 195 : Comment l’Eglise et les catholiques perçoivent-ils Luther ? (doc. 3, 6). 

Tiepolo est scandalisé par le fait que d’humbles fidèles puissent discuter librement des choses de la foi. Pour lui, la tradition de l’Eglise est un gage d’ordre.

 

BILAN : REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Comment le discours de Luther a-t-il donné naissance à un nouveau courant religieux ? »

_ En 1517 le moine allemand Martin Luther (1483-1546) publie ses 95 Thèses. Il dénonce les indulgences et plusieurs pratiques de l’Eglise catholique. Il encourage l’autonomie de l’individu et sa responsabilité personnelle dans le salut par la doctrine de la justification par la foi. Il encourage l’accès direct à la parole de Dieu par la lecture personnelle de la Bible dans les langues d’usage et pas seulement en latin. Le pape a une conviction différente car il défend dans la voie au salut le rôle de la hiérarchie et d’un clergé sacré. Aussi Luther se sépare de l’Eglise  catholique en 1520. Il fonde un nouveau courant religieux qui s’érige en Eglise autonome soudée par une même confession de foi : le protestantisme.

Indulgence (p. 192) : document par lequel l’Eglise, en échange d’une bonne action ou d’une somme d’argent, promet au pécheur que le temps passé au purgatoire après sa mort sera réduit.

 

 

            B. Quelles sont les différences dans les conceptions religieuses entre catholiques et protestants ?

 

Tableau 4 page 193 : Catholicisme et protestantisme

Question 1 page 193 : Sur quels points de doctrine porte l’antagonisme entre catholiques et protestants ?

Catholiques et protestants sont en opposition sur les pratiques religieuses (les sacrements), les croyances (façon d’obtenir le salut, présence de saints) et la hiérarchie de l’Eglise…

 

_ L’époque de naissance de la réforme est celle d’un climat religieux caractérisé par la volonté de retourner à l’Eglise originelle et par la contestation de la papauté. Les humanistes sont choqués par l’ignorance religieuse de leurs contemporains et par le fait que les rites religieux sont vécus superficiellement. Ils conseillent la lecture personnelle de la Bible, même si de personnes pouvait le faire. Ils ont voulu réformer l’Eglise catholique de l’intérieur, en restant catholique, sans vouloir la quitter.

_ Mais la Réforme impose de nouvelles conceptions sur de nombreux domaines dans le but de parvenir au salut (à sauver son âme).

 

 

Comment-gagner-son-salut-selon-Rome-et-Reforme.jpg

 

 

Question 2 page 193 : Les différences entre protestants sont-elles aussi importantes qu’entre protestants et catholiques ?

_ Les différences entre les différentes branches du protestantisme sont importantes, ainsi les luthériens croient que la foi permet le salut, les calvinistes croient en la prédestination.

 

Prédestination (p. 192) : doctrine selon laquelle Dieu destine tout homme à l’Enfer ou au paradis avant même sa naissance.

 

 

 

C. Quelles sont les divisions religieuses de l’Europe dans la seconde moitié du XVI siècle ?

 

LE CONCILE DE TRENTE

http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/la-renaissance-a-venise/videos/article/le-concile-de-trente.html

 

Carte 5 page 193 : L’Europe religieuse de la seconde moitié du XVI siècle

Question 1 page 193 : Quels sont les pays où domine une seule confession ? Comment expliquer leur répartition ?

_ Le catholicisme est dominant dans les royaumes d’Espagne et du Portugal, en Italie. L’action des souverains catholiques appuyée par le tribunal de l’Inquisition a permis de conserver ces Etats dans le catholicisme. De plus, c’est au sud de l’Europe que se trouvent les principaux centres de la Réforme catholique : Rome de la papauté, palais de l’Escorial du roi d’Espagne. De 1545 à 1563 se déroule le concile de Trente où est réaffirmé le dogme catholique et réformé le clergé catholique avec une amélioration de la formation des prêtres. 

_ Les trois principales branches du protestantisme sont établies au Nord et l’Est de l’Europe. La Scandinavie est luthérienne ainsi que le nord de l’Allemagne ; dans le royaume d’Angleterre le roi Henri VIII (1491-1547) se proclame dirigeant de l’Eglise d’Angleterre. L’anglicanisme a des valeurs protestantes mais des cérémonies de rite catholique. La cité de Genève est dominée par le réformateur Jean Calvin. De cette ville il diffuse le calvinisme en France voisine, en Ecosse, aux Pays-Bas.  

Inquisition (p. 192) : tribunal de l’Eglise catholique chargé de pourchasser les personnes considérées comme hérétiques.

Réforme catholique (p. 192) : engagée avant le concile de Trente, la Réforme catholique prend une nouvelle orientation en réaction à la Réforme protestante et se traduit par une nouvelle discipline.

Jean Calvin (p. 185) : (1509-1564) Théologien français, il définit dans l’Institution de la religion chrétienne (1534), une version radicale du protestantisme. Contraint à l’exil, il se fixe à Genève et en fait l’un des principaux foyers de la Réforme.

 

Question 2 page 193 : Dans quels pays les protestants et les catholiques s’affrontent-ils ?

_ Des pays comme la France et le Saint Empire romain germanique sont divisés entre protestants et catholiques. Cette situation provoque de longues guerres de religion. Des solutions politiques sont apportées dans ces deux pays pour permettre la cohabitation de communautés différentes :

* dans le saint Empire romain germanique la Paix d’Augsbourg en 1555 ;

* en France l’édit de Nantes de 1598 proposé par le roi Henri IV et mettant fin aux guerres de religion.

 

 

D. Quelles sont les violences religieuses et sociales liées à la Réforme ?

 

Gravure 1 page 192 : La lutte entre catholiques et protestants

Question 1 page 193 : Pourquoi les calvinistes détruisent-ils les images des saints dans les églises ?

Les calvinistes détruisent les signes d’une foi (vénération des saints) qu’ils ne partagent pas. Ils veulent instruire les catholiques en renversant un ordre symbolique social contre lequel ils s’opposent (existence d’un clergé puissant politiquement et socialement relevant du roi de France et du pape).

 

Gravure 3 page 193 : Le massacre de la Saint-Barthélemy

Question 1 page 193 : Qu’est-ce qui a frappé le peintre dans cet évènement ?

Le peintre a été frappé par le massacre : amoncellement de corps nus après pillages, meurtres de vieillards mais aussi de femmes et d’enfants, meurtres à l’épée comme au gourdin même si les personnes supplient de leur laisser la vie.

 

_ Les engagements religieux ont aussi une dimension sociale : L’insistance sur l’ordre ecclésiastique et social devient très tôt un élément de la Réforme. Les divergences religieuses et sociales aboutissent à des affrontements dans toute l’Europe. En France les protestants se livrent à la destruction des statues de saints dans les églises et s’en prennent au clergé catholique. Lors de la Michelade le 29 septembre 1567 les protestants massacrent 90 moines et clercs. Les guerres de religion opposent les nobles protestants au roi catholique mais aussi les populations entre elles par exemple lors du massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août 1572 où 10 000 protestants sont assassinés. 

 

 

Texte sur la répression de l’agitation sociale par Luther :

Luther, voyant la révolte paysanne se retourner contre ses appuis seigneuriaux, condamna les soulèvements de 1525 dans une courte brochure d'une rare violence, véritable appel au massacre, intitulée Contre les bandes pillardes et meurtrières des paysans, dans laquelle il écrit :

« (...) tous ceux qui le peuvent doivent assommer, égorger et passer au fil de l'épée, secrètement ou en public, en sachant qu'il n'est rien de plus venimeux, de plus nuisible, de plus diabolique qu'un rebelle (...). Ici, c'est le temps du glaive et de la colère, et non le temps de la clémence. Aussi l'autorité doit-elle foncer hardiment et frapper en toute bonne conscience, frapper aussi longtemps que la révolte aura un souffle de vie. (...) C'est pourquoi, chers seigneurs, (...) poignardez, pourfendez, égorgez à qui mieux mieux »

 (cité dans J. Lefebvre, Luther et l'autorité temporelle, 1521-1525, Paris, Aubier, 1973, p. 247, 253, 257).

 

_ Thomas Muntzer est un prêtre itinérant et l’un des chefs religieux de la guerre des paysans (révolte sociale et religieuse) en Allemagne. Sa vision de la Réforme s’oppose à celle de Martin Luther. Luther, favorable aux seigneurs qui le soutiennent, condamne les soulèvements de 1525 avec une grande violence.  Il appelle les nobles et les princes de l’Empire à réprimer dans le sang les soulèvements paysans.

 

   

 

Partager cet article

Commenter cet article