Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 2e Histoire : La place des populations de l'Europe dans le peuplement de la Terre 1

3 Octobre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

LA PLACE DES POPULATIONS DE L’EUROPE DANS LE PEUPLEMENT DE LA TERRE

 

Introduction : L’Europe est le plus petit continent du monde, pourtant sa place dans l’histoire mondiale est majeure grâce aux réalisations culturelles et scientifiques des Européens. Aujourd’hui, l’espagnol, l’anglais, le français… sont des langues pratiquées en Afrique, Amérique et Océanie… Les Européens ont marqué culturellement le monde entier. Pourtant, la population européenne n’est qu’une partie de la population mondiale. Ils passent de 40 millions d’habitants dans l’Antiquité à plus de 400 millions en 1900.

Problématique : Comment évolue la place des Européens dans le peuplement du monde ?

 

I. En quoi l’Europe est un foyer de peuplement majeur depuis l’Antiquité ?

 

Frises de l’évolution de la population mondiale et européenne, pages 8-9 et 11  

 

Présenter le document

La frise chronologique à l’aide de deux courbes l’évolution en millions de personnes de la population mondiale et européenne de l’Antiquité jusqu’au XIX siècle. Elle indique aussi trois grands événements responsables de la croissance ou de la baisse de la population européenne. Les populations mondiale et européenne connaissent une forte croissance durant cette longue période, en passant de 40 millions d’Européens dans l’Antiquité à 420 millions en 1900.

           

Comment évolue la population européenne en 500 après J.-C. ? En 1400 ? En 1750, 1850 et  1900 ?

_ L’Europe est un petit continent rassemblant une forte population stable dans l’Antiquité et au Moyen Age : 40 millions d’habitants en dans l’Antiquité sur 230 millions dans le monde ; 39 sur 205 en 500 apr. J.-C. ; 45 millions en 1400. Après cette phase de quasi stagnation, la population européenne connaît une forte croissance à partir de la Révolution industrielle avec 140 millions en 1750 (population qui a doublé par rapport à 1500), 266 en 1850, et enfin 420 en 1900. 

 

Quelle est la proportion d’Européens dans la population mondiale depuis l’Antiquité ?

_ Le poids démographique de l’Europe augmente à travers le temps, passant de 17% de la population mondiale au Ier siècle à 22% au milieu du XIX siècle. Ainsi, au XIX siècle, l’Europe est le plus important foyer de peuplement du monde en rassemblant un quart de l’humanité.

Foyer de peuplement : Région très densément peuplée depuis des millénaires.

 

Quels sont les événements qui expliquent les évolutions (augmentations et baisses) de la population mondiale ?

_ Trois événements majeurs ont bousculé les évolutions démographiques.

* Au Moyen Age les grands défrichements en donnant davantage de terre à cultiver et de meilleurs techniques agricoles (charrue, rotation des cultures céréalières…) ont permis une augmentation de la population de 41 millions en l’an mil jusqu’à 73 millions en 1300.

* Mais, de 1348 à 1352 la Peste noire a frappé la population européenne. L’épidémie tue 25 millions d’Européens, exterminant jusqu’à 50% des habitants d’une région.

* La  Révolution industrielle de 1750 à 1850 entraîne un gigantesque essor de la population : de 140 à 266 millions d’habitants.

Peste (p. 19) : maladie contagieuse transmise à l’homme par la puce du rat, puis d’homme à homme. Elle peut être pulmonaire ou bubonique, ou les deux, comme en 1348.

 

Epidémie (p. 19) : maladie infectieuse et contagieuse qui touche une quantité croissante d’hommes en un temps réduit. Quand elle touche un espace géographique très large, ou le monde entier, on parle de pandémie.

 

Voir Leçon 2 (page 4/10) du chapitre en ligne : http://medias.hachette-education.com/media/contenuNumerique/029/957883983.pdf

 

II. Quels sont les facteurs de stabilité puis de croissance démographique ?

 

                A. En quoi les crises démographiques expliquent-elles la stagnation démographique jusqu’au XVIII siècle ?

 

Texte 4 page 17 : Mortalités à la Cour comme à la campagne

 

Présenter le deuxième document selon la méthode NADA.

Méthode n°1 : Présenter un document (NADA) :

_ Nature : Quelle est le genre du document ? Est-ce un texte ? Une image ? Etc…

* Si c’est un texte est-ce un article de journal ? Un discours d’homme politique ? Une analyse d’historien ?

* Si c’est une image est-ce une œuvre d’art ? Une caricature ? Une frise chronologique ?

_ Auteur : Qui est l’auteur et quel est son importance historique (donner en quelques mots sa biographie) ? Est-il journaliste ? Historien ? Homme politique ?

_ Date : Quel est le contexte de création du document ? Quels sont les événements qui peuvent expliquer le document ou la position de l’auteur ? De quelle époque parle le document ?

_ Analyse : De quoi parle le document ?

 

Le texte est un extrait du registre paroissial de Villognon (dans la Charente), c’est-à-dire un texte écrit par le curé de la paroisse de Villognon enregistrant les décès et les naissances dans la paroisse, mais aussi les événements notables. L’auteur en est vraisemblablement le curé de la paroisse. Il écrit à la fin du règne de Louis XIV (naissance en 1638- règne de 1643 à 1715), en 1714. Le contexte est celui de crises multiples (famines, guerres et maladies) provoquant une forte augmentation de la mortalité. L’auteur indique que la mortalité frappe différemment les riches et les pauvres.

 

Question 1 : Quelles sont les causes de la forte mortalité du début du XVIII siècle ?

La forte mortalité a plusieurs causes : la guerre avec ses tueries sur les militaires mais aussi les civils dans les villages mis à feu et à sang ; la famine à cause de conditions climatiques très mauvaises (arbres fruitiers gelés, hivers rigoureux, etc…) ; les maladies qui touchent des corps affaiblis par la famine (la maladie tue plus que la famine).

 

Question 2 : Expliquez la phrase soulignée.

                Une des causes de la mortalité au XVIII siècle est l’impossibilité pour les pauvres de se procurer des produits alimentaires (« denrées ») à cause de leur manque d’argent. De fait, ceux qui ont des produits alimentaires vendent très chers et s’enrichissent, alors que ceux qui manquent d’argent risquent la famine car ils ne peuvent pas acheter de quoi se nourrir.

 

Courbes 5 page 17 : Une crise démographique dans un village du Bassin parisien

Présenter le document selon la méthode NADA

Question 1 : Qu’appelle-t-on déficit démographique ?

      Le déficit démographique est la différence entre le nombre de naissances et de mort, avec un excès de mort par rapport aux naissances.

    Par exemple, en 1662  la crise démographique dans un village du bassin parisien se traduit dans les registres paroissiaux par 30 actes de sépulture et entre 0 à 9 actes de baptêmes.

 

Question 2 : Quel lien peut-on faire entre la mortalité et le prix du blé ? Pourquoi ?

La mortalité s’accroit fortement lorsque le prix du blé est élevé. En 1662, lorsque le prix du blé est très élevé, la mortalité est à son plus haut niveau. Par contre, en 1663-1664, lorsque le prix du blé est stabilisé à un niveau moyen, les nombres des naissances et des décès se stabilisent également.

 

_ La mortalité n’épargne ni les riches ni les pauvres : Louis XIV en une année (1711) a connu la mort de son fils, petit-fils et arrière-petit-fils.

_ L’Ancien Régime est caractérisé par une succession de crises démographiques jusqu’au XVIII siècle. La population est en majorité rurale, et à la suite de mauvaises récoltes causées par le climat (grêle, orage, sécheresse) ou par la guerre, la disette s’installe. Elle entraîne une situation de surmortalité où les corps affaiblis privés de nourriture meurent davantage de maladies que de famines.

Crise démographique (p. 16) : situation momentanée au cours de laquelle les décès sont supérieurs aux naissances.

Disette (p. 16) : absence de nourriture généralement provoquée par une mauvaise récolte.

Famine (p. 16) : pénurie en nourriture entraînant la mort.

Surmortalité (p. 16) : situation dans laquelle une population perd un nombre d’habitants supérieur à la moyenne.

 

B. En quoi consiste la transition démographique au XVIII-XIX siècle ?

 

Courbe 2 page 21 : La transition démographique (modèle théorique)

Question 1 page 21 : Qu’est-ce qui distingue la première phase de la deuxième ?

- La première phase de la transition démographique se caractérise par un fort accroissement naturel. En effet le taux de natalité est élevé alors que le taux de mortalité ne cesse de reculer. - La seconde phase se distingue de la première par un taux de mortalité en voie de stabilisation et un taux de natalité en recul. L’accroissement naturel diminue dans cette seconde phase.

 

Question 2 page 21 : Quelles sont les conséquences démographiques de la baisse du taux de natalité à la fin du XVIII siècle ?

Le recul du taux de natalité a pour conséquence une diminution de l’accroissement naturel, et au final, un nouveau régime démographique caractérisé par un taux de natalité et un taux de mortalité faible.

 

(Texte 3 page 21 : Les progrès du XVIII siècle vus par un démographe)

Quelles pourraient être les causes de la transition démographique ?

La transition démographique peut avoir plusieurs causes : l’amélioration des rendements avec les progrès de l’agriculture permet le recul des disettes. Au XIX siècle la médecine et l’hygiène font de grands progrès, avec souci de développer l’hygiène publique et privée (l’hygiénisme) et  les vaccins grâce au rôle de Pasteur (vaccin contre la rage, etc…). 

 

EXEMPLE (Récit) : aborder la transition démographique à travers l’exemple :

* de la population française aux XVIIIe-XIXe siècles, dont l’originalité tient à la précocité de la baisse de la natalité, ou

* celui de la population anglaise durant la même période dont l’essor spectaculaire est une des explications de l’ampleur des migrations britanniques au XIXe siècle.

 

_ La transition démographique se caractérise par un fort accroissement naturel. Cependant, selon les pays elles peuvent prendre des caractéristiques particulières :

* en France, la baisse de la natalité est précoce (dès le XVIIIe) avec le recours aux pratiques contraceptives, la diffusion du malthusianisme.

* La population anglaise connaît au contraire un très fort accroissement. Cela explique l’ampleur des migrations britanniques au XIX siècle.

_ Les causes de la transition démographique sont le recul des disettes grâce aux progrès agricoles, et le recul de la mortalité grâce aux progrès de la médecine avec le développement de l’hygiénisme et la Révolution pasteurienne.

Transition démographique : passage d’une situation où les taux de natalité et de mortalité sont très élevés à une situation inverse où les taux de natalité et de mortalité sont faibles. Dans les deux cas, l’accroissement naturel de la population est donc faible. Mais la chute du taux de mortalité précédant celle du taux de natalité, une importante croissance naturelle se produit au cours de la transition.

Accroissement naturel : différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès.

Malthusianisme : théorie selon laquelle la limitation des naissances permet de contrôler les besoins d’une population et de conserver le patrimoine familial.

Hygiénisme : politique visant à développer l’hygiène privée (propreté des individus) et publique (propreté des espaces collectifs) pour améliorer la santé des populations.

Révolution pastorienne (ou pasteurienne) : progrès décisifs de la médecine découlant de la découverte par Louis Pasteur (1822-1895) du rôle des germes (microbes, virus) dans la transmission des maladies. Elle permet de nouveaux traitements comme les vaccins et démontre scientifiquement l’importance de l’hygiène et de la désinfection.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

mathilde 29/09/2016 11:24

c'est quoi les raison qui expliquent la forte expansion demographique europeenne au cours du 19eme siecle