Présentation

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Images Aléatoires

  • Club histoire 2011 Dossier procès fictif contre p-copie-2
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4692r
  • Expo club histoire 2010 1
  • Club histoire 2011 Dossier procès fictif contre persécuteurs de résistants Anthony
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4693r
  • Exposition-CNRD-au-CDI-2012 4687r
Mercredi 5 janvier 2011 3 05 /01 /Jan /2011 00:56

 

 

 

Stèle et texte 4 page 63 : Stèle du vétéran Marcus Valerius Celerinus

Question 1 page 63 : Quels sont les éléments qui montrent que ce vétéran est devenu citoyen romain ?

La stèle montre que l’ancien militaire est devenu citoyen romain. En effet, il porte la tria nomina : « Marcus Valerius Celerinus » qui caractérise un citoyen romain et il porte une toge, ce qui est un autre signe distinctif du citoyen.

 

Question 2 page 63 : En quoi cette stèle manifeste-t-elle la culture romaine du soldat qui l’a fait élever ?

La stèle montre la culture romaine du vétéran car l’inscription est en latin (langue de commandement de l’armée). De plus le soldat est représenté vêtu à la romaine, dans un mode de vie romain (allongé sur une banquette).

 

Question 3 page 63 : Quels éléments de l’inscription permettent de confirmer que ce vétéran est devenu citoyen ?

L’inscription indique que le vétéran est citoyen car :

* il est inscrit dans une des 35 tribus de Rome « de la tribu Papiria », ce qui complète l’identification civile du citoyen et lui donne en théorie des droits politiques (lors des réunions des comices tributes). 

* le vétéran a une femme épousée selon la loi romaine, ce qui est un privilège des citoyens (avec le droit de faire un testament et de léguer ses biens à un héritier).

 

Question 4 page 63 : Pourquoi est-il utile de faire figurer autant de précisions sur l’inscription ?

De façon à différencier les privilégiés dotés de la citoyenneté romaine et les autres, et aussi de façon à marquer le fait que le vétéran est désormais citoyen.

 

_ L’armée permet d’obtenir la citoyenneté romaine après 24 ans de service militaire.

_ Le vétéran obtient alors les signes distinctifs du citoyen romain : il porte les « trois noms » légaux du citoyen romain (la tria nomina), il est enregistré dans l’une des 35 tribus de Rome et il porte la toge. Il dispose de droits civils comme se marier, faire un testament et léguer ses biens à un héritier…des droits politiques (droit de vote), etc…

_ Le mode de vie romain est diffusé par la présence de soldats dans les provinces frontalières (le Limes) avec la généralisation du latin (langue de commandement de l’armée), l’implantation de vétérans dans des colonies, etc…

Tria nomina (p. 62) : les « trois noms » légaux du citoyen romain, composés du prénom, du nom de famille et du surnom. Lorsqu’un individu devient citoyen, il reprend en général les noms de celui qui lui a donné la citoyenneté.

 

II. Comment la romanisation permet-elle une extension à toute une province de la citoyenneté ? Le cas de la Gaule sous l’empereur Claude (De Claude à Caracalla: de 48 à 212)

 

A. Comment se manifeste la romanisation des Gaulois ?

 

Statues 1 page 68 : Une déesse gauloise et un dieu romain

Question 1 page 69 : Que montre l’association de ces deux divinités ?

L’association des deux divinités montre l’assimilation par les Gaulois des croyances romaines. Leurs dieux sont représentés sous forme humaine et non animale, ils portent parfois un nom gréco-romain (Apollon) et sont importés du panthéon gréco-romain. On parle à ce moment de civilisation gréco-romaine, de romanisation des Gaulois.

 

( SIRONA : il s'agit de la déesse gauloise de la santé et de la prospérité, parèdre traditionnelle d'Apollon (sa correspondance féminine). Elle est drapée d'une élégante robe et couronnée d'un diadème d'où tombe un voile. Elle s'appuie de la main gauche sur une corne d'abondance* (symbole de la fécondité). De la main droite, elle offre à un serpent, qui se dresse, le contenu d'une patère. Sirona, divinité guérisseuse, s'apparente à la déesse Hygie des Grecs ou à sa correspondance romaine Valetudo.

Source : http://racines.traditions.free.fr/apollonc/apollonc.pdf)

 

_ La culture romaine se diffuse auprès des populations conquises et soumises à l’Empire de Rome. Le mode de vie gréco-romain se propage dans la province de Gaule et transforme la représentation des dieux, l’art, etc… pour former la civilisation gallo-romaine.

Province (p. 62) : circonscription administrative de l’Empire dirigée par un gouverneur nommé par le Sénat ou par l’empereur.

 

 

Statue 1 page 64 : Un Gaulois devenu citoyen

Question 1 page 64 : Quelles pouvaient être les raisons qui ont poussé ce Gaulois à faire réaliser cette statue ?

Le Gaulois a fait ériger la statue dans le but de montrer son intégration à la civilisation romaine et sa réussite sociale. Il porte la toge ce qui est un privilège du citoyen et il est honoré pour avoir exercé de hautes fonctions administratives et militaires.

 

Question 2 page 64 : Que nous indique son nom ?

Le Gaulois Caius Julius Pacatianus porte les trois noms légaux (tria nomina) du citoyen romain. Le nom de sa famille (gentilice) est Julius, ce qui indique que sa famille a probablement obtenu la citoyenneté à l’époque de Jules César.

La romanisation de ce Gallo-romain est visible car il ne porte pas de nom gaulois, mais au contraire son nom est en latin.

 

_ La romanisation des Gaulois est visible dans l’adoption du mode de vie romain. La citoyenneté romaine est accordée aux élites gauloises. Ces dernières adoptent et diffusent le mode de vie romain : port de la toge, tria nomina, usage du latin, exercice de hautes fonctions administratives et militaires.

Romanisation (p. 319) : processus par lequel Rome intègre les provinces conquises en leur étendant le bénéfice de son droit, de sa culture et de son mode de vie.

 

B. En quoi les Tables claudiennes montrent-elles l’intégration politique de la Gaule dans l’Empire ? 

 

Texte 2 page 66 : Un discours fondateur (Les tables claudiennes)

Question 1 page 67 : Qu’apporte ce document à la connaissance de l’histoire de la Gaule ? Pourquoi les Tables se trouvent-elles à Lyon ? (doc. 1, 2, 3)

* Les Tables claudiennes sont une source historique majeure. En effet grâce au discours de l’empereur Claude en 48 apr. J.-C. les élites de toute la Gaule peuvent accéder aux magistratures romaines (et au Sénat).

* Les Tables claudiennes ont été gravées par les notables gaulois pour honorer l’empereur Claude à l’origine de la décision en leur faveur. Elles ont été gravées et conservées à Lyon car elles conservent la mémoire d’une décision importante pour la promotion des Gaulois au sein de l’Empire romain.

 

Question 2 page 67 : Pourquoi la simple citoyenneté romaine ne suffit-elle pas aux élites gauloises ? (doc. 1, 2, 3)

La citoyenneté romaine est incomplète sans la possibilité d’accéder aux mêmes droits que les Italiens et aux provinciaux disposant du droit d’entrer au Sénat.

 

_ Les Tables claudiennes sont deux fragments de bronze sur lesquels figure un discours de l’empereur Claude. En 48 cet empereur accorde à tous les Gaulois la totalité des droits des citoyens romains, dont la possibilité d’exercer des magistratures romaines et d’entrer au Sénat.

 

 

_ Avec l’empereur Claude les modes d’accès à la citoyenneté romaine sont donc modifiées :

 

Les modes d’accès à la citoyenneté romaine (Ier, II siècle)

 

Qui est citoyen romain dans les provinces ?

A partir de l’empereur Claude

Sont citoyens de droit romain

Colonie de droit romain

Tous les hommes libres

Colonies ou municipes de droit latin

Les anciens magistrats

+ octroi de citoyenneté à titre individuel

Cité pérégrine

Octroi de citoyenneté à titre individuel

 

Colonie romaine (p. 64) : cité créée par l’Etat romain sur le modèle de Rome (institutions, magistrats). Des citoyens romains (anciens soldats par exemple) y sont installés et cohabitent avec la population locale.

Municipe (p. 64) : statut donné à une cité indigène, lui permettant de conserver ses coutumes tout en adoptant des formes d’organisation romaines (magistrats…).

Pérégrins (p. 68) : désigne tout individu qui est sujet de l’Empire, mais n’a pas la citoyenneté. On parle de cité pérégrine pour désigner une communauté qui n’a reçu aucun statut « romain » (municipe, colonie…).

 

 

 

 

C. Quelles sont les résistances à l’intégration des Gaulois ? 

 

Texte 5 page 67 : Une initiative critiquée (Sénèque, apothéose burlesque de Claude)

Question 4 page 67 : Quelle est la réaction de l’élite sénatoriale romaine à cette innovation ? Comment peut-on l’expliquer ?

* Les sénateurs s’opposent à l’entrée des Gaulois dans le Sénat.

* En effet les Gaulois ont lutté autrefois contre Jules César, et pourraient devenir nombreux au sein du Sénat autrefois peuplé en majorité d’Italiens.

 

_ L’élite de la société romaine est formée par les Sénateurs. Ils sont avec l’empereur à la tête de la hiérarchie dans une société romaine inégalitaire. En effet, pour entrer dans l’ordre sénatorial il faut posséder un million de sesterces et avoir exercé de hautes magistratures. Il s’agit de l’aristocratie romaine. Ils s’opposent donc à la possibilité pour les Gaulois d’entrer au Sénat où ils feraient figure de parvenus.

_ Les résistances à l’intégration totale des Gaulois dans la citoyenneté romaine se voit dans un écrit du philosophe Sénèque (La métamorphose en citrouille) où il se moque de l’empereur Claude.

 

( L'Apocolokyntose, c.-à-d. Métamorphose en Coloquinte ou en citrouille (en grec kolokunta), titre d'un badinage satirique de Sénèque sur l'apothéose de l'empereur Claude. Celui-ci comparaît devant l'Olympe assemblé, où l'on délibère quel dieu on en fera. Son imbécillité, ses crimes contre la maison d'Auguste, le Sénat et l'Ordre équestre, sont exposés; et le dieu Auguste s'oppose à son admission parmi les immortels. Ses conclusions sont adoptées; Mercure empoigne Claude par le cou, et le conduit aux Enfers. Là il trouve Narcisse, son affranchi, et, plus loin, leurs victimes communes, qui l'accusent devant Éaque. Il est condamné à jouer aux dés avec un cornet percé. )

 

 

 

 

Par M. Martineau - Publié dans : Cours 2e
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés