Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 2e géographie : Nourrir les hommes (3)

15 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

III Comment et pourquoi développer des agricultures durables ? <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ?

 

ETUDE DE CAS : La sécurité alimentaire en question pages 82-83

 

Question 1 page 83 : Comment <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /> la Révolution verte a-t-elle permis à l’Inde d’acquérir la sécurité alimentaire ?

 

Question 2 page 83 : Quelles sont les limites économiques, sociales et environnementales de la Révolution verte ?

 

Question 3 page 83 : Quels peuvent-être les fondements d’une révolution « doublement verte » qui permettrait à l’Inde de développer une agriculture plus durable susceptible d’assurer sa sécurité alimentaire dans le futur ?

 

_ La Révolution verte a permis une forte croissance de la production agricole à partir des années 1970 grâce à l’irrigation, à la mécanisation et à l’emploi de pesticides (insecticides, herbicides, fongicides). Le pays de plus d’un milliard d’hommes est devenu autosuffisant.

 _ Cependant, la Révolution verte a atteint ses limites au niveau économique, sociale et environnementales :

* Economique et social : L’endettement des paysans et la taille trop petite des exploitations ont conduit de nombreux paysans au suicide. L’adoption des OGM rend les paysans dépendant des firmes chimiques.

* Environnemental : les sols et les eaux sont surexploités et pollués par les produits chimiques (engrais, pesticides). Les sols sont parfois épuisés. La menace de l’insécurité alimentaire réapparaît.

_ Pour parvenir à une Révolution « doublement verte » une éco-agriculture doit être mise en place, qui respecte l’environnement et donne une meilleure rémunération aux paysans.

Révolution verte (p. 267) : intensification de l’agriculture obtenue par l’emploi simultané de variétés de céréales (riz et blé principalement) à haut potentiel de rendement et de quantités importantes d’intrants d’origine industrielle (engrais, produits de traitement des végétaux). Elle implique le plus souvent le recours à l’irrigation.

 

Éco agriculture (p.78) : agriculture qui se veut « écologiquement intensive », c’est-à-dire qui s’efforce de tirer davantage parti du fonctionnement des écosystèmes eux-mêmes, ce qui implique des connaissances plus approfondies de ceux-ci.

 

B. Mise en perspective : Comment développer des agricultures durables ?

 

                        1) Comment produire davantage tout en respectant l’environnement ?

 

Texte 9 page 79 : Manger moins de viande ?

Quels sont les problèmes posés par l’augmentation mondiale de la consommation de viande ?

L’augmentation de la consommation de viande dans de nombreux pays peuplés est liée à l’augmentation du niveau de vie. Mais cela provoque un immense gaspillage de ressources : pour produire un kilo de viande il faut 10 kilo de végétaux !

            Pour produire de quoi engraisser les animaux le besoin de terres agricoles augmente : 60% de la surface agricole mondiale est consacrée à l’élevage.

 

_ Le développement durable pourrait passer par une modification des modes de consommation. Il s’agit non seulement d’équilibrer l’alimentation mais aussi d’éviter les gaspillages en ressources :

* Sols : Une alimentation avec moins de viande libérerait des terres pour l’agriculture. Pour produire un kilo de viande il faut 10 kilos de végétaux, or 60% de la surface agricole mondiale est consacrée à l’élevage.

* Energie : Il faut 25 fois plus d’énergie pour produire des fraises espagnoles en hiver sous serres, que pour produire des fraises locales de printemps.

* Nourriture : Dans les pays développés plus de 20% de ma nourriture achetée serait jetée !

 

Texte 9 page 79 : Manger moins de viande ? + Connaissances générales

 

Quels sont les problèmes sanitaires liés à l’agriculture productiviste dans la production de la viande?

_ Des crises sanitaires peuvent être provoqués par l’agriculture productiviste :

* Les veaux élevés aux hormones grandissent plus rapidement mais sont cancérigènes.

* La maladie de la « vache folle » provient de la consommation par les animaux de la farine d’origine animale (issue de cadavres d’animaux) qui provoque la « tremblante » ou ESB : (Encéphalie Spongiforme Bovine), maladie de Creutzfeldt Jakob.

* Les nitrates  (présents dans les engrais et les déjections animales) ont pollués l’eau bue par les Bretons.

Vache folle (p. 267) : ou Encephalie spongiforme bovine ESB : infection dégénérative du système nerveux des bovins qui infecta plus de 190 000 bovins en Europe entre 1986 et les années 2000 ; son origine tient à l’utilisation des farines animales dans l’alimentation des bovins.

 

 

Courbe linéaire 12 page 79 : Les OGM dans le monde (2008)

D’après vos connaissances générales, pourquoi les OGM obtiennent-ils un tel succès ?

* Les OGM sont commercialisés par de grandes firmes qui assurent leur promotion et leur distribution comme Monsanto.

* Les OGM ont été génétiquement modifiés de façon à être résistants aux maladies et aux parasites, ou encore à des traitements chimiques (pesticides Monsanto qui tuent les mauvaises herbes et les parasites, mais pas les OGM). Les semences une fois achetées, les paysans ont moins de coût pour les produits chimiques.

 

Les OGM représentent-ils une chance ou un danger ?

* Les risques environnementaux relevant des OGM restent mal connus.

* Les risques économiques sont majeurs avec la dépendance des paysans envers les firmes pour obtenir les semences d’OGM. .

* l’avantage des OGM est qu’ils permettent un semis direct, sans labour et donc avec moins d’érosion des sols et moins de rejet de CO².

 

_ 500 millions d’agriculteurs utilisent bêches et houes et pas ou peu d’engrais. D’autres utilisent des produits technologiques comme les engrais chimiques, les pesticides ou les OGM créés par des grandes firmes comme Monsanto.

_ Les OGM suscitent des débats sur leur nocivité sur la santé et l’environnement. Les paysans utilisant les OGM entrent néanmoins dans la dépendance économique de grandes FTN. Malgré cela les surfaces cultivées en OGM progressent fortement dans le monde.

 

 

Courbes linéaires 6 page 77 : Des ressources océaniques en stagnation

Quelle est l’évolution des ressources issues de la pêche ? Pourquoi ?

 

_  Les ressources halieutiques diminuent depuis 1990 malgré les pêches des bateaux-usines, équipés de radars et assistés par les satellites pour repérer les bancs de poisson.

_ La surexploitation des espèces (par exemple le thon rouge menacé de disparition en Méditerranée) menace la biodiversité et la filière économique de la pêche. Ceci alors que les océans ne fournissent que 4% des calories et 6% des protéines consommés.

Ressources halieutiques (p. 267) : qualifie toutes les ressources relevant de la pêche en eau douce ou marine.

 

INTRODUCTION DEBAT pages 80-81

Quelles pourraient être les solutions ?

_ La solution pour éviter la surexploitation est de protéger les ressources en interdisant leur pêche tant qu’elles sont en danger d’extinction, puis en limitant par des quotas leur prélèvement. 

_ L’aquaculture est-elle une solution ? Elle suscite des débats car elle permettrait de mieux assurer la sécurité alimentaire, mais les impacts sur l’environnement de la mariculture sont sources de polémiques.

Mariculture (p. 266) : forme d’aquaculture qui se pratique en bord de mer.

 

  

Photographie 10 page 79 : L’agroforesterie, une autre façon de cultiver

En quoi consiste l’agroforesterie ? Quels en sont les avantages ?

_ L’agroforesterie associe arbres et cultures sur une même parcelle agricole.

_ La présence d’arbres permet de protéger les cultures de la sécheresse et du froid, de limiter l’érosion. Les arbres permettent une plus grande biodiversité et accueille des insectes auxiliaires qui réduisent les risques de maladies et de ravageurs et ainsi limitent les pesticides.

* Les rendements peuvent augmenter de 5 à 10 % et compenser la perte de surfaces cultivées liées à la présence d’arbres.

_ Le système agroforestier a  décliné en France à cause de la modernisation de l’agriculture mais est très présent en Chine et aux Etats-Unis.

 

_ Pour développer une agriculture durable on peut mettre en place :

* une agriculture raisonnée ou écoagriculture préservant eau, sol et biodiversité, en limitant au maximum les produits chimiques pour réaliser une révolution « doublement verte »

* une agriculture biologique qui a recours à des pratiques culturales et d’élevage soucieuses du respect de l’équilibre naturel. Elle n’utilise aucun produit chimique et a des rendements plus faibles par hectares. Elle couvre moins de 1% des terres agricoles de la planète.

* une agriculture à labels met en avant le terroir d’origine du produit comme gage de qualité (AOC : Appellation d’origine contrôlé, IGP : Indication géographique protégée).

 

 

                        2) Comment mettre en place un « commerce équitable » ?

 

Publicité 11 page 79 : Le commerce équitable : une alternative encore marginale

Quel est le but du commerce équitable (voir texte dans l’affiche) ? Comment agissent-ils pour le réaliser ?

_ Le commerce équitable veut donner de meilleurs revenus aux petits producteurs du Sud : « Les producteurs et travailleurs défavorisés du Sud vivent dignement de leur travail tout en respectant leur environnement. »

_ Pour réaliser cet objectif des produits sont vendus sous des marques, dont la plus connue est Max Havelaar.

 

_ Les agriculteurs les plus pauvres dépendent pour leur revenu de prix fixés par des bourses comme celle de Chicago, avec des dérives spéculatives. De plus, la concurrence est faussée par les subventions des Etats riches pour leur agriculture à forte productivité.

_ Le commerce équitable permet à 1,5 million de paysans dans le monde de recevoir des revenus supérieurs de 30 à 40% de ceux des autres agriculteurs. Ce commerce est identifié par des marques dont la plus connue est le label Max Havelaar.

Commerce équitable (p. 264) : commerce qui met en place des filières particulières de commercialisation qui, grâce à des prix un peu plus élevés payés par les consommateurs, permettent de rémunérer les agriculteurs à des prix plus élevés et moins irréguliers que ceux liés aux cours mondiaux des matières premières agricoles.

 

CONCLUSION

L’humanité a les moyens techniques pour répondre au défi de nourrir 9 milliards d’homme en 2050. Néanmoins le problème de la répartition inégale des ressources et de leur surexploitation impose de recourir à un développement durable. Ce dernier doit parvenir à respecter l’environnement, donner de quoi se nourrir à tous et des revenus dignes à tous les producteurs.

2e Fiche d’objectifs géographie n°2

 

NOURRIR LES HOMMES

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. La Terre peut-elle nourrir 9 milliards d’hommes ?

A. Etude de cas : Le Brésil est-il la « ferme du monde pages » ?

                B. Le défi de nourrir toute la planète peut-il être relevé ?

                               1) La faim a-t-elle pour cause l’augmentation de la population mondiale ?

                               2) Quelles sont aux différentes échelles les inégalités mondiales dans la répartition de la nourriture ?

II. Comment assurer la sécurité alimentaire de nos jours et dans l’avenir ?

A. Etude de cas : En quoi les deux types d’agricultures au Brésil montrent les tensions et les inégalités dans le monde agricole ?

                B. Comment assurer la sécurité alimentaire de toutes les populations ?

                                               1) En quoi les acteurs de l’agriculture ont-ils des logiques différentes sur la sécurité alimentaire ?

                                              2) Quelles sont les compétitions sur les terres cultivables ?

III Comment et pourquoi développer des agricultures durables ?

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ?

B. Mise en perspective : Comment développer des agricultures durables ?

                               1) Comment produire davantage tout en respectant l’environnement ?

                               2) Comment mettre en place un « commerce équitable » ?

2/ JE SAIS DEFINIR :

Sous nutrition (p.74) : notion quantitative ; elle exprime un déficit de la ration quotidienne de nourriture, mesurée en kilocalories, dont dispose un individu. Un individu adulte doit pouvoir disposer de 2500 kilocalories/jour pour ne pas être « sous-nutri ».

Malnutrition (p.74) : notion qualitative ; elle fait référence à un déficit dans la composition et l’équilibre de la ration alimentaire.

PMA ou Pays les moins avancés (p. 266) : ensemble des pays pauvres définis par l’ONU à partir des critères de revenu par habitant, du pourcentage de production industrielle dans le PNB et du taux d’alphabétisation.

Agriculture productiviste (p. 76) : système agricole dont la priorité est l’augmentation des quantités produites par hectare cultivé, obtenue par la mise en œuvre des moyens techniques de plus en plus puissants.

Sécurité alimentaire (page 76) : Selon la FAO, situation où tous les êtres humains ont, à tout moment un accès à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétique et leurs préférences alimentaires.

OGM (p. 78) : Organisme génétiquement modifié : organisme vivant dont on modifie le patrimoine génétique en y insérant un ou plusieurs gènes issus d’un autre organisme vivant.

Révolution verte (p. 267) : intensification de l’agriculture obtenue par l’emploi simultané de variétés de céréales (riz et blé principalement) à haut potentiel de rendement et de quantités importantes d’intrants d’origine industrielle (engrais, produits de traitement des végétaux). Elle implique le plus souvent le recours à l’irrigation.

Éco agriculture (p.78) : agriculture qui se veut « écologiquement intensive », c’est-à-dire qui s’efforce de tirer davantage parti du fonctionnement des écosystèmes eux-mêmes, ce qui implique des connaissances plus approfondies de ceux-ci.

Vache folle (p. 267) : ou Encephalie spongiforme bovine ESB : infection dégénérative du système nerveux des bovins qui infecta plus de 190 000 bovins en Europe entre 1986 et les années 2000 ; son origine tient à l’utilisation des farines animales dans l’alimentation des bovins.

Ressources halieutiques (p. 267) : qualifie toutes les ressources relevant de la pêche en eau douce ou marine.

Mariculture (p. 266) : forme d’aquaculture qui se pratique en bord de mer.

Commerce équitable (p. 264) : commerce qui met en place des filières particulières de commercialisation qui, grâce à des prix un peu plus élevés payés par les consommateurs, permettent de rémunérer les agriculteurs à des prix plus élevés et moins irréguliers que ceux liés aux cours mondiaux des matières premières agricoles.

 

SAVOIR FAIRE

4/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES DOCUMENTS DE NATURE VARIES

5/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

6/ JE SAIS ETUDIER UN GRAPHIQUE

7/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE CARICATURE

9/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES CARTES

10/ JE SAIS ETUDIER DES COURBES LINEAIRES

11/ JE SAIS LIRE UNE PHOTOGRAPHIE

12/ JE SAIS DECRYPTER UNE PUBLICITE

 

 

2e Fiche programmation géographie  n°

 

NOURRIR LES HOMMES

                                               SAVOIR

notions

méthodes

Problématique : Comment nourrir une population en augmentation en assurant une nourriture satisfaisante en quantité et en qualité, tout en développant une agriculture durable ?

 

I. La Terre peut-elle nourrir 9 milliards d’hommes ?

 

A. Etude de cas : Le Brésil est-il la « ferme du monde pages » ?

 

 

                B. Le défi de nourrir toute la planète peut-il être relevé ?

 

                               1) La faim a-t-elle pour cause l’augmentation de la population mondiale ?

 

                               2) Quelles sont aux différentes échelles les inégalités mondiales dans la répartition de la nourriture ?

 

II. Comment assurer la sécurité alimentaire de nos jours et dans l’avenir ?

 

A. Etude de cas : En quoi les deux types d’agricultures au Brésil montrent les tensions et les inégalités dans le monde agricole ?

 

                B. Comment assurer la sécurité alimentaire de toutes les populations ?

 

                                               1) En quoi les acteurs de l’agriculture ont-ils des logiques différentes sur la sécurité alimentaire ?

 

 

                                          2) Quelles sont les compétitions sur les terres cultivables ?

 

 

 

III Comment et pourquoi développer des agricultures durables ?

 

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ?

 

 

B. Mise en perspective : Comment développer des agricultures durables ?

                               1) Comment produire davantage tout en respectant l’environnement ?

 

 

 

 

                               2) Comment mettre en place un « commerce équitable » ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous nutrition

Malnutrition (IA)

 

 

 

 

 

 

PMA (IB2)

 

 

*Agriculture productiviste

* Sécurité alimentaire (IIA)

 

 

 

 

OGM (IIB1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Révolution verte

* Ecoagriculture (IIIA)

 

 

 

 

 

*Vache folle

*Ressources halieutiques

*Mariculture (IIIB1)

 

 

 

Commerce équitable (IIIB2)

 

 

 

 

 

 

Etude de cas : mise en relation de documents de natures variées (IA)

 

 

Etude de texte (IB1)

 

 

Etude de graphique

Etude de carte (IB2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de caricature

Remplir un tableau à partir d’un texte (IIB1)

 

Mise en relation de cartes

Etude d’image (IIB2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de courbes linéaires

Animer un débat

Etude de photographie (IIIB1)

 

Etude de publicité (IIIB2)

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Alexandre Dasilva 21/01/2016 19:27

Franchement merci. Le cours est complet. Nickel rien a dire