Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 1ère : Les réseaux de communication en France et en Europe (3)

10 Janvier 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

III. Quelles sont les mobilités en Europe ?

           

            A. Quels flux migratoires parcourent l’espace européen ?

 

Carte page 234 : Les grands flux migratoires

En quoi consistent les flux de population ?

_ Les mobilités internes (intra-européenne) sont réduites : elles concernent chaque année 0,2% de la population totale de l’Union européenne (sept fois moins qu’aux Etats-Unis). Les migrants sont des urbains, des travailleurs qualifiés (brain drain) et des étudiants. Plusieurs formes de mobilité existent : migrations pendulaires entre lieu de résidence et d’emploi, mouvements transfrontaliers (entre France et Suisse, Allemagne ou Belgique), déplacements touristiques vers les littoraux et les espaces de montagne.

_ Les flux externes consistent en des migrations légales et illégales. De 1990 à 2004 l’Union européenne a accueilli en moyenne 700 000 nouveaux arrivants par an. Les migrants sont des demandeurs d’asiles, des travailleurs et des personnes bénéficiant du regroupement familial.

Migration pendulaire (p. 260) : déplacement quotidien entre le domicile et le lieu de travail.

 

Carte page 235 : Les régions attractives de l’Union européenne

Question 2 page 235 : quelles sont les régions de l’UE les plus attractives ? (à plusieurs échelles)

_ Les régions les plus attractives de l’Union européenne sont celles de la dorsale européenne. * A l’échelle européenne se sont l’Allemagne et l’Espagne qui sont les premiers pays d’accueil.

*  A l’échelle régionale les communautés d’étrangers se concentrent dans les grandes régions industrielles : Bade-Wurtemberg et Bavière en Allemagne, Rhône-Alpes en France…

* A l’échelle locale les villes importants attirent les migrants : Paris, Londres, Berlin, Milan, Madrid, Athènes.

 

 

            B. Pourquoi peut-on parler d’une « forteresse Europe » ?

 

T.P. page 250-251 : L’Union européenne, entre ouverture et fermeture de ses frontières

1ère question page 250 : Quelles sont les origines principales des immigrants clandestins en Europe (doc 1) ? Quelles sont les « « principales portes d’entrée » pour cette immigration clandestine ?

_ Les immigrants clandestins proviennent des pays du Sud économique.

* Ce sont des Africains (du Maghreb et d’Afrique subsaharienne) et des Asiatiques : des Proches et Moyens Orientaux (de Turquie et Kurdistan, Iran et Irak) ; des individus originaires d’Asie centrale (Afghanistan, Pakistan), et d’extrême Orient (Inde, Sri Lanka, Chine).

* Le choix d’un pays d’accueil n’est plus lié à l’histoire coloniale même si les Algériens se concentrent en France (99% des Algériens émigrés) et les Indiens en Angleterre. L’immigration récente marocaine et africaine est diffusée dans toute l’Europe selon la logique de l’éventail.

_ Les étrangers sont nombreux en Allemagne : 2 000 000  de Turcs (72% de leur présence en U. E.) contre seulement 200 000 en France, mais aussi 2 millions de Russes et 2,3 millions d’Aussiedler, c’est-à-dire des Allemands de souche installés à l’est de l’Allemagne depuis parfois plusieurs siècles.

 

Quelles sont les « « principales portes d’entrée » pour cette immigration clandestine ?

_ L’immigration clandestine pénètre en Europe par deux grandes portes d’entrée :

* le littoral méditerranéen car les larges côtes difficiles à surveiller sont empruntés par les filières clandestines, par exemple la mafia albanaise organise des passages depuis Tirana jusqu’en Italie ; le détroit de Gibraltar est emprunté par des migrants clandestins malgré les risques de noyades.

* les frontières des pays d’Europe centrale et orientale où les Etats en transition doivent contrôler avec peu de moyens les flux de clandestins. 

 

2ème question page 250 : Repérez et explicitez les principales dispositions relatives eu renforcement des frontières extérieures de l’Europe (Documents 2, 3, 4, 5, 7).

_ Les accords de Schengen signés en 1985 facilitent la libre circulation des Européens mais l’abandon des frontières entre membres conduit à une politique commune des frontières de l’Union européenne. L’agence européenne Frontex créée en 2004 coordonne ainsi la coopération des Etats dans la gestion des frontières extérieures. Les mesures sont variées :

* politique de visas réglementant la durée et l’entrée de voyageurs dans l’espace européen.

* fin des candidatures multiples de demandes d’asile (accords de Dublin en 1990).

* Les expulsions et les détentions de clandestins sont facilitées.

* Les condamnations sont renforcées : pour les transporteurs comme pour les employeurs de clandestins.

           

  

 1e Fiche d’objectifs géographie n°3

LES RESEAUX DE COMMUNICATION EN FRANCE ET EN EUROPE

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. Quels sont les enjeux liés aux axes de communications ?  L’exemple transalpin

II. Comment les transports transforment-ils l’espace européen à plusieurs échelles ?

                A En quoi l’Europe est un espace majeur d’échanges ? (échelle continentale)

                B. En quoi la France est-elle un carrefour européen ? (échelle nationale)

                C. En quoi la région forme une « porte de l’Europe » ? (échelle régionale)

III. Quelles sont les mobilités en Europe ?          

                A. Quels flux migratoires parcourent l’espace européen ?

                B. Pourquoi peut-on parler d’une « forteresse Europe » ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Ferroutage (p. 244) : technique de transport combinée rail-route. Elle consiste à faire circuler des véhicules routiers (camions ou remorques de camions) sur des wagons de chemins de fer conçus à cet effet. Le ferroutage présente de nombreux avantages, notamment en matière d’environnement et de sécurité.

Axe : un axe est une ligne, un couloir majeur concentrant les voies de communication, les moyens de transport, autour duquel s’organise l’espace environnant.

Réseau de transport: ensemble des moyens de communication qui desservent et structurent un espace.

Hub (p. 259) : point d’un réseau de transport international à partir duquel rayonnent de nombreuses lignes secondaires. 

Flux : les flux sont des courants d’échanges visibles ou invisibles (flux de marchandises, de personnes, de capitaux, de services).

Plate-forme multimodale (p. 242) : espace spécialisé dans la logistique, relié à plusieurs modes de transports (maritime, transport, aérien).

Migration pendulaire (p. 260) : déplacement quotidien entre le domicile et le lieu de travail.

 

SAVOIR FAIRE

 

3/ JE SAIS METTRE EN RELATION CARTES, CHRONOLOGIE ET TEXTES

4/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

5/ JE SAIS COMPARER DES CARTES

6/ JE SAIS ELABORER UN SCHEMA GRAPHIQUE 

7/ JE SAIS METTRE EN RELATION PHOTOGRAPHIE, CARTE ET  TEXTES

 

1ère Fiche d’objectifs géographie

 

Les réseaux de communication en France et en Europe

                                               SAVOIR

notions

méthodes

Quels rôles jouent les réseaux de transport sur l’organisation des espaces européens et français ? Quels sont les enjeux des politiques de transport en matière d’aménagement et d’environnement ?

 

I. Quels sont les enjeux liés aux axes de communications ?  L’exemple transalpin

 

 

II. Comment les transports transforment-ils l’espace européen à plusieurs échelles ?

                A En quoi l’Europe est un espace majeur d’échanges ? (échelle continentale)

 

 

 

 

                B. En quoi la France est-elle un carrefour européen ? (échelle nationale)

 

 

 

                C. En quoi la région forme une « porte de l’Europe » ? (échelle régionale)

 

 

III. Quelles sont les mobilités en Europe ?

 

                A. Quels flux migratoires parcourent l’espace européen ?

 

                B. Pourquoi peut-on parler d’une « forteresse Europe » ?  

 

 

 

 

Ferroutage

(I)

 

 

Axe

Réseau de transport

Hub

Flux

(II A)

 

 

 

Plate-forme multimodale (IIC)

 

Migration pendulaire (III A)

 

 

 

 

- Mise en relation cartes, chronologie et textes (I)

 

- étude d’une carte

- comparaison de cartes

(II A)

 

élaboration d’un schéma graphique (IIB)

 

Mise en relation photographie, carte et textes (IIC)

 

Partager cet article

Commenter cet article