Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 1ère Histoire : La guerre d'Algérie (1954-1962) 1

25 Avril 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

LA GUERRE D’ALGERIE (1954-1962)

7 à 8 heures (3 à 4 heures)                                               Manuel Nathan Côte 2011

 

 

Frise décolonisation

 

 

+ Chronologie page 291

 

Introduction : La décolonisation est un phénomène historique majeur du XX siècle. Elle donne naissance à de nombreux nouveaux Etats, parfois après des conflits violents et des déchirements au sein de sa population comme pour l’Algérie.

            Après la seconde guerre mondiale se met en place un processus d’émancipation de l’occupation d’un territoire et du gouvernement d’un peuple par un Etat étranger. Ce processus a été l’occasion en Algérie d’une importante violence, car faisant suite à 130 ans de présence française, avec une population d’origine européenne considérant l’Algérie comme leur patrie (Camus), des violences multiples dans chaque camp.

Problématique : Quels sont les caractères de la décolonisation de l’Algérie ?

Lien INA : http://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/l-algerie-independante

 

I. Pourquoi assistes-t-on à un conflit qui ne veut pas dire son nom ?

 

A. Quels sont les enjeux du mythe de l’Algérie Française ?

 

                        1. En quoi consiste le mythe de l’Algérie Française ?

 

Carte pages 292-293 : La décolonisation (1945-1991) + Frise chronologique page 291

Quel est le contexte de la guerre d’Algérie pour la métropole et sa colonie ?

_ La guerre d’Algérie se déroule dans le cadre de la décolonisation

* A l’échelle internationale : les deux Grands vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, Etats-Unis (ancienne colonie anglaise) et URSS (opposé à « l’exploitation de l’homme par l’homme) sont hostiles à la colonisation. L’Onu est devenu une tribune de l’anticolonialisme en accueillant comme membres les anciens pays colonisés.

* A l’échelle de l’Empire Français : La métropole est affaiblie par la Seconde Guerre mondiale et a perdu la guerre d’Indochine en 1954, au moment où éclate la Guerre d’Algérie.

 

Contexte (43 secondes) http://www.youtube.com/watch?v=MAhw2CWRZWI

Texte 2 page 298 : « L’Algérie c’est la France »

Pourquoi selon François Mitterrand l’Algérie est-elle la France ?

* A l’échelle de l’Algérie : Le mythe de l’Algérie française consiste dans la croyance que l’Algérie restera un territoire français comme l’indiquait en 1954 François Mitterrand : « L’Algérie, c’est la France ». En effet l’Algérie est française depuis 1830, et est organisée en trois départements  depuis 1848: l’Algérois, l’Oranais et le Constantinois. Au début des années 1950, elle est peuplée par un peu moins d’un million d’Européens (les « pieds-noirs ») et par environ 8,5 millions de musulmans.

 

 

2. Quelles sont les réalités vécues provoquant la guerre d’Algérie ?

 

                                   a. Quelles sont les inégalités économiques et sociales ?

 

Tableau 3 page 276 : Les inégalités de la société algérienne

Quelles sont les inégalités économiques et sociales visibles dans le tableau (propriété agricole, salaire quotidien, scolarisation) ?

_ Les inégalités économiques et sociales en Algérie sont nombreuses :

* propriétés agricoles : la taille moyenne des exploitations agricoles des agriculteurs français est de 100 ha, contre 14 ha pour celle des algériens.

Toutefois, les colons riches – gros exploitants agricoles, chefs d’entreprises – ne représentent qu’une minorité des français d’Algérie, environ 25 000, la grande masse des autres appartenant à la classe moyenne ou aux classes populaires.

* salaires quotidien : Le niveau de vie des français d’Algérie est supérieur à celui des musulmans : le salaire journalier d’un ouvrier agricole français est deux fois et demi supérieur à celui d’un Algérien.

* Scolarisation : Les inégalités se retrouvent dans le faible taux de scolarisation des enfants musulmans dans le primaire (20% seulement, contre 100% des jeunes français). Par ailleurs, le taux de chômage élevé de la population musulmane se traduit en particulier par une misère importante dans les villes.

 

                                   b. Quel est le statut politique des Algériens ?

 

Texte 5 page 277 : L’éveil du nationalisme algérien

Existe-t-il des assemblées pour représenter les populations d’Algérie ?

Le texte indique la présence de plusieurs assemblées : « […] Européens et quelques dizaines de milliers d’indigènes élisent leurs représentants dans les assemblées. » (l. 15 à 17)

 

_ Une assemblée algérienne de 120 membres (60 élus par les Français, 60 par les musulmans) a été mise en place en 1947.  Elle dispose en théorie d’une certaine autonomie. En réalité le pouvoir appartient au gouverneur général et à l’administration française.

 

A qui est réservé le droit d’être citoyen ? Quelle est la particularité des Algériens pouvant voter ?

Les Européens et des indigènes peuvent voter « Le droit d’être citoyen est seulement réservé à une petite minorité d’indigènes qui ont été « assimilés » par l’impérialisme français » (l. 14-15). Les Algériens pouvant voter sont donc des partisans de la présence française.

 

_ Malgré la présence d’une assemblée et d’électeurs musulmans, les élections du collège des représentants musulmans portent à l’assemblée des partisans de la présence française. Cela les rend peu crédibles pour les Algériens.

           

Quels sont les devoirs des « indigènes » ? En quoi les deux guerres mondiales ont-elles fragilisé la domination de la métropole ?

« Par contre ils doivent payer les impôts et faire le service militaire » (l. 20-21).

_ Leur participation à l’effort de guerre des Algériens lors des deux Guerres mondiales n’a pas amélioré leur statut civique ni économique, créant de multiples revendications. En effet l’égalité de prime entre les anciens combattants algériens et français n’est décidée par le Conseil constitutionnel français qu’en 2010.

 

 

B. Quels sont les débuts de la « guerre d’Algérie» ?

 

Texte 1 page 298 : La proclamation du FLN

Question 1 page 299 : Dans quel contexte la proclamation du FLN a-t-elle lieu ?

Le contexte est trouble au niveau intérieur et extérieur :

* Le contexte extérieur : la lutte pour l’indépendance est menée par des pays voisins de l’Algérie : « aux côtés des frères marocains et tunisiens » (l. 4-5). D’autres pays dominés par la France sont déjà parvenus à l’indépendance en Indochine, Syrie et Liban.

* Le contexte intérieur est marqué par des troubles et des violences suivis de répression dès le 8 mai 1945.

_ En 1954, lorsque débute la guerre d’Algérie, la décolonisation de l’Empire français a déjà commencé avec l’accession à l’indépendance du Liban et de la Syrie en 1946, de l’Indochine en 1954. La Tunisie et le Maroc sont proches de leur indépendance en 1956.

_ Le nationalisme algérien s’affirme dès le 8 mai 1945. Dans les villes de Sétif et Guelma sont organisés des défilés pour fêter la victoire. Des violences éclatent provoquant plus d’une centaine de morts côté français et plusieurs milliers dans la population musulmane.

 

Question 2 page 299 : Quel est l’objectif du FLN ? Comment compte-t-il y parvenir ?

Les membres du FLN souhaitent sortir le « mouvement national de l’impasse » (l. 3) causée par les « luttes de personnes et d’influence » (l. 4). Cela fait référence à l’opposition entre les différents mouvements nationalistes comme le UDMA, MTLD etc.

Le FLN par son bras armé l’ALN veut procéder à une violente et armée («  moyens de lutte : […] la continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à réalisation de notre but. » (l. 16 à 18). Des attentats surviennent le 1er novembre 1954 menés par le FLN.

 

_ Deux mouvements politiques représentent le nationalisme algérien avant le conflit :

* L’UDMA (Union de défense du manifeste algérien), dirigée par Ferhat Abbas, ne revendique pas l’indépendance mais une participation démocratique des Algériens au sein d’une Algérie fédérée à la France.

* Le MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) de Messali Hadj réclame pour sa part la formation d’une assemblée constituante et le départ des troupes françaises d’Algérie.

_ Au sein du mouvement nationaliste MTLD un groupe de six dissidents menés par Ahmed Ben Bella et Mohammed Boudiaf décident de passer à l’action : le 1er novembre 1954, ils organisent une dizaine d’attentats qui font 8 victimes et annoncent simultanément la formation d’un FLN (Front de libération nationale) dont le but est l’indépendance immédiate.

 

FLN (Front de libération nationale) (p. 303) : Mouvement fondé le 10 octobre 1954 pour conquérir l’indépendance de l’Algérie, il est doté d’une organisation militaire, l’ALN (Armée de libération nationale).

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

LOUANCHI 29/04/2013 16:21


HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE :






lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En
1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24
heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.


 


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


 


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012
sur radio-alpes.net