Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 1ère Histoire : Croissance et mondialisation depuis 1850 (3)

17 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

III. Quels sont les nouveaux cadres de pensée liés à la croissance ?

 

Partager la classe en trois groupes de travail pour répondre à partir du manuel aux trois questions sur les courants de pensées.

Lire les pages 32 et 33 du manuel et répondre aux questions suivantes :

 

Lire le chapitre A et B page 32 du manuel + la biographie d’Adam Smith

1. Qu’est-ce que le libéralisme ?

_ Le libéralisme est une idéologie élaborée par Adam Smith (p. 32) dominante dans les mentalités du XIX à nos jours. Ce courant de pensée propose comme modèle le capitalisme, le libre-échange  et une faible intervention de l’Etat dans l’économie.

_ L’économiste britannique David Ricardo (1772-1823) pense ainsi que la croissance du commerce international peut assurer à tous les pays la prospérité. Il est en conséquence partisan du libre-échange. Il expose ses idées dans Des principes de l’économie politique et de l’impôt en 1817.  

Idéologie (p. 24) : Idéologie qui prône la liberté d’entreprendre et la limitation du rôle de l’Etat dans l’économie afin d’assurer l’enrichissement général.

Adam Smith (p. 32) : (1732-1790) Philosophe et économiste écossais, considéré comme le fondateur de la science économiste moderne, son ouvrage Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations (1776) nourrit la pensée libérale tout au long du XIX siècle.

Capitalisme (p. 27) : système économique qui repose sur la propriété privée des moyens de production et d’échange, avec pour finalité la recherche du profit.

 

Lire le chapitre A et B pages 32-33 du manuel + biographies de Karl Marx et John Keynes

2. Quels courants de pensée dénoncent les dérives ou les abus du capitalisme ?

_ Les inégalités sociales provoquées par le capitalisme suscitent des courants de pensée désireux de réformer ou de supprimer le capitalisme :

* S’opposant au libéralisme le marxisme est inspiré des théories de Karl Marx et Friedrich Engels. Il imagine une lutte des classes entre riche bourgeoisie et prolétariat (p. 199) se terminant par une révolution instaurant la dictature du prolétariat et l’abandon du capitalisme au profit d’une société communiste égalitaire. Les moyens de production appartiendrait aux prolétaires.

* Les propositions de reformer le capitalisme pour en supprimer les excès par des lois sociales viennent des socialistes comme le dirigeants de la SFIO Jean Jaurès (1859-1914) ou Léon Blum (1872-1950).

* Le syndicalisme ouvrier (syndicats CGT (confédération générale des Travailleurs par exemple) désire améliorer les conditions de travail et de rémunération des ouvriers.

* Le keynésianisme a une grande influence à partir du milieu du XX siècle. Les théories de John Maynard Keynes réconcilient le libéralisme et l’intervention de l’Etat dans l’économie. L’Etat doit agir de façon à relancer l’économie et la consommation, aider les chômeurs, etc…

Marxisme (p. 33) : courant intellectuel réclamant des idées économiques et politiques de Karl Marx et Friedrich Engels. Il se fonde sur la théorie de la lutte des classes.

Karl Marx (p. 33) : (1818-1883) Brillant intellectuel allemand, socialiste engagé, Karl Marx devient avec  Friedrich Engels un grand théoricien du socialisme. Dans le Manifeste du Parti communiste (1848), ils proposent une transformation radicale de la société et l’abandon du capitalisme.

Prolétariat (p. 199) : Les membres les plus pauvres de la société, qui n’ont que leur de travail pour vivre ; prolétaire s’oppose à capitaliste. Pour les communistes, ce terme désigné plus globalement la classe ouvrière.

Léon Blum (p. 388) : (1872-1950) : Homme politique français, il s’engage en politique au moment de l’affaire Dreyfus. En 1920, au moment du Congrès de Tours, il choisit de rester à la SFIO alors que la majorité de ses membres part fonder le parti communiste. Il ets l’un des principaux dirigeants de la SFIO et occupe à trois reprises la présidence du Conseil (en 1936-37, en 1938 et en 1946). Les réformes qu’il fait adopter quand il dirige le gouvernement du Front populaire marquent de réelles avancées sociales. Arrêté en 1940, il est jugé par le régime de Vichy lors du procès de Riom et livré aux nazis pour être déporté en Allemagne de 1943 à 1945.

John Maynard Keynes (p. 33) : (1883-1946) Economiste britannique (Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 1936) et acteur important de l’économie, il a notamment participé à la mise en place du système de Bretton Woods en 1944.

 

Lire le chapitre C page 33 du manuel + biographies de Karl Marx et John Keynes

3. Par qui et pourquoi la mondialisation est-elle critiquée aujourd’hui ?

_ À partir de 1980 la mondialisation est critiquée par le mouvement de l’altermondialisme.

* Les altermondialistes remettent en cause les anciens modèles de croissance créateurs d’inégalités sociales (catégories sociales comme les paysans du Sud…) et spatiales (pays pauvres comme les pays les moins avancés en Afrique).

*  La société de consommation est également accusée de provoquer pollutions et gaspillage de ressources

* Les firmes multinationales et les spéculateurs boursiers sont aussi accusés d’instaurer un système économique où la dérégulation financière leur permettent de s’enrichir en dehors de toute éthique morale (crise de 2008, scandales des enfants employés par Nike).

Mondialisation (p. 21) : phénomène qui se caractérise par l’accroissement et l’internationalisation des échanges de tous ordres (marchandises, services, capitaux, informations, personnes).

Altermondialisme (p. 32) : Mouvement hétérogène qui entend promouvoir une autre mondialisation, plus soucieuse des équilibres sociaux et écologiques et plus juste envers les pays du Sud.

Dérégulation financière (p. 32) : absence de règles définies visant à contrôler les marchés financiers.

 

Quelles sont les solutions proposées par les altermondialistes ?

_ La remise en cause des modèles de croissance anciens et de la société de consommation s’accompagnent de propositions pour d’autres politiques :

* Le développement durable : cet autre modèle de développement connaît un succès grandissant au début du XXI siècle. Il propose de réaliser une croissance en prenant mieux en compte les besoins des populations et en respectant l’environnement.

* Les économistes de la décroissance (ou « objecteurs de croissance ») : Dès 1968 le Club de Rome demande à chercheurs du MIT des rapports sur les conséquences des politiques économiques et industrielles. La croissance économique est accusée de causer pollutions et la pénurie de matière première, de détruire les écosystèmes. Les économistes de la décroissance proposent de réduire les dépenses énergétiques, de relocaliser les activités économiques de façon à réduire l’empreinte écologique ; au plan individuel ils proposent une démarche de simplicité volontaire.

 

Développement durable (p. 32) : Notion définie en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement : « Développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. »

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

J 02/11/2011 16:12



mDRRR Trop Drole Karl Max t'es le best xD



M. Martineau 02/11/2011 20:42



La pensée de Karl Marx a inspiré de nombreux courants révolutionnaires et politiques. Aujourd'hui encore de nombreuses personnes vivent sous l'influence de branches de cette pensée : Plus d'un
milliard de Chinois dans la République Populaire de Chine, mais aussi les habitants de Corée du Nord, de Cuba....