Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

2e Géographie n°1 : Population et richesse dans le monde 1

18 Novembre 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours 2e

PLUS DE SIX MILLIARDS D’HOMMES SUR LA TERRE

 

 

Introduction : En 2005, 6,5 milliards d’hommes peuplent la planète de manière inégale et contrastée.

Problématique : Comment la population est elle répartie et comment peut on l’expliquer ? La dynamique démographique actuelle modifiera-t-elle la répartition spatiale de la population mondiale dans les décennies à venir ? La répartition de la population correspond elle à la répartition des richesses ?

 

 

 

I. Comment sont répartis les hommes et les richesses sur la Terre ?

 

            A. Où sont situés les foyers de peuplement ? Pourquoi ?

 

Carte pages 24 et 25 : La répartition de la population mondiale

 

+  cartes pages 204-205 : Le relief de la Terre.

 

Où sont situées les zones fortement peuplées ? Les espaces vides ? Pourquoi ?

 

_ Les zones fortement peuplées sont situées sur les littoraux et dans les grandes villes.

_ Les espaces vides sont souvent situés à l’intérieur des continents, là où se trouvent les déserts et les chaînes de montagnes (ex : déserts du Sahara, du Kalahari en Namibie).

_ Les espaces où la communication est facilitée par l’espace maritime, et les grands centres de consommation (villes) sont plus fortement peuplés.

 

 

Quelles sont les régions (Hémisphères, continents, pays, ensemble de villes…) les plus fortement peuplées ?

 

_ 90% de la population humaine vit dans l’hémisphère nord, et 75% entre le tropique du Cancer et le cercle polaire arctique.

 

_ Pour les continents : Les fortes densités sont nombreuses en Asie. Plus de 3 milliards d’hommes se concentrent en Asie sur 6 milliards d’habitants de la Terre. L’Europe est également un continent densément peuplé. En Amérique du Nord et en Afrique cette densité est très inégale.

_ Les pays : L’Inde, la Chine, mais aussi le Japon, les Philippines et l’île de Java en Indonésie sont densément et fortement peuplé. En Europe le sud de l’Angleterre, la Belgique et la Hollande, l’Allemagne de l’ouest (rhénane) et le nord de l’Italie constituent un axe de forte population.

 

_ Des ensembles de villes se rejoignent et ont totalement absorbées les campagnes comme aux Etats-Unis sur la côte Est (Boston, New York, Philadelphie, Washington [ cf. page 19]) et sur la côte ouest autour de Los Angeles. Ces espaces urbains sont appelés des mégalopoles. 

 

 

Foyer de peuplement :

 

Désert humain : régions faiblement peuplées ou vides d’hommes.

 

Densité : (p. 28) : Nombre d’habitants par km².

 

Mégalopole : (p. 166) : vaste ensemble d’agglomérations étalées sur des centaines de kilomètres, et qui entretiennent entre-elles de multiples échanges.

 

 

 

90 % des hommes vivent dans l’hémisphère nord

Cercle polaire

 

 

Tropique du Cancer

75% de la population

Equateur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_ La population mondiale est de 6,5 milliards d’habitants. Elle est inégalement répartie. 90% (3 habitants sur 4) des hommes vivent dans l’hémisphère nord.

_ La densité moyenne mondiale est de 45 hab. / km² mais il existe de grands écarts de densité : au Bangladesh (966 hab. /  km ²), en Mongolie (1,6 hab. / km²).

_ Avec 3 milliards d’hommes la densité est élevée en Asie (en Inde : plus de 300 habitants au km2), ainsi les principaux foyers de peuplement sont situés en Asie des moussons :

* Asie orientale : Chine, Japon, deux Corée : 1 M 5

 

* Le sous continent indien : l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh et la Sri Lanka : 1 M 4

* Asie du Sud-Est : Viet-Nam, Malaisie, Indonésie : 500 millions

L’Europe constitue le 3e foyer de peuplement de la planète. Il existe des foyers secondaires (Golfe de Guinée [220 millions], Brésil [120 millions]…).

_ Une partie de la planète est presque vide d’habitants : les déserts humains. Ce sont des milieux difficiles à cause du froid extrême (Sibérie) ou des hautes latitudes (Pôle Nord, Pôle Sud), de la sécheresse (Sahara), des hautes chaînes de montagne (Himalaya), de la chaleur et de l’humidité favorisant les forêts denses (Amazonie).

_ Mais les forêts denses sont de plus en plus convoitées par l’homme qui met en place des fronts pionniers (espaces en voie de peuplement, de mise en valeur et en voie d’intégration).

 

 

 

 

 

T. P. : Les facteurs des inégalités de peuplement

 

 

 

La répartition des hommes sur la Terre

 

            « Les plus grandes concentrations de population se trouvent en Asie du Sud-Est et de l’Est, et en Europe. Les plaines fertiles d’Europe (propice à la culture du blé) et surtout les grands deltas asiatiques, où la civilisation du riz (liée également à la présence de mousson) a pu permettre l’entassement humain, sont très peuplés. […] Inversement, certains territoires hostiles à l’homme ont des densités très faibles. Les contrées les moins peuplées du globe coïncident avec les zones climatiques les moins favorables à l’homme comme les étendues glacées des terres polaires (…), les hauts sommets d’Himalaya, des Andes et des Montagnes Rocheuses, les forêts humides et chaudes de l’Amazonie ou du Congo, les grands déserts des latitudes tropicales (ou tempérées) : Sahara, Kalahari, Arabie, Mongolie…

            D’après J. -C. Chesnais, La population du monde, Bordas, 1996.

 

 

1. Soulignez en vert les types d’espaces et les éléments qui, d’après l’auteur, favorisent la concentration des hommes.

 

2. Quelles sont les deux productions agricoles associées aux zones de plus forte concentration de population ?

 

Le blé en Europe et le riz en Asie.

3. Soulignez en rouge les types d’espaces considérés comme moins favorables aux hommes.

4. Quels sont les éléments naturels qui limitent la possibilité d’occuper les trois autres types d’espace :

- dans les zones            polaires                                                    : le     froid        

- dans les hautes            montagnes                                               : le   froid      et la pente

- dans les grands            déserts                                                     : le manque d’eau

 

 

 

(Complétez la carte en localisant et en nommant quelques-uns de ces espaces (utilisez les pointillés).

 

 

 

Quelques facteurs de l’inégal peuplement de la planète :

            « Il y a 2000 ans, plus de 50% de la population mondiale se concentrait déjà dans les principaux foyers de peuplement actuels. Le poids démographique actuel de ces foyers s’explique donc aussi par une croissance cumulative. »

            Manuel Hatier, Géographie seconde, 1996

            « Il faut, après examen des conditions physiques, interroger les techniques et l’histoire, prendre connaissance de la vision des conditions naturelles que les hommes se donnent à travers les techniques qu’ils maîtrisent.

Réflexion de Pierre Gourou, géographe, qui explique ainsi qu’à milieu naturel équivalent (notamment celui de la grande forêt équatoriale), les densités humaines peuvent être très différentes.

 

            In Terres de bonne espérance, le monde tropical, Plon, 1982.

1. D’après le document, quel type d’espace n’est pas toujours marqué par une quasi absence des hommes ?

 

Les forêts humides et chaudes.

 

 

2. D’après le texte, les conditions naturelles suffisent-elles à comprendre l’inégal peuplement de la planète ?

 

Non. La permanence des grands foyers résulte en grande partie d’une croissance cumulative de la population. De plus, si l’on excepte certains types d’espaces qui ne se prêtent pas à une forte occupation humaine dans les autres, c’est davantage la manière dont les hommes parviennent à maîtriser les conditions particulières du milieu qui est déterminante.

            B. Quels sont les facteurs expliquant la répartition des hommes ?

 

 

 

Texte 2 page 29 : Le rôle des techniques agricoles innovantes

 

Quelle est la densité en Asie par rapport aux autres densités tropicales ?

 

En Asie la densité moyenne est de 170 hab. / km². Les densités tropicales moyennes ailleurs sont de moins de 15 hab. / km². (lignes 1 à 3)

 

 

Qu’est-ce qui explique les fortes densités en Asie ?

 

L’Asie a développé des techniques de riziculture permettant de nourrir de fortes densités. La riziculture est une culture peuplante, car elle peut nourrir beaucoup d’hommes mais exige aussi des hommes pour les travaux du riz.

 

 

Quelle révolution agricole a permit d’augmenter la population ?

 

La Révolution verte (définition page 66) accroît les avantages de la maîtrise des techniques agricoles par les civilisations hydrauliques.

 

 

Est-ce le climat et le relief ou les sociétés humaines qui expliquent les différences de densité ?

Les facteurs physiques ont une importance dans l’explication des densités, mais les sociétés humaines ont une importance encore plus grande.  

Les civilisations pastorales (ex Sahel) comportent peu de personnes en transhumance avec leurs troupeaux pour trouver de nouveaux pâturages. Les civilisations hydrauliques maîtrisent l’irrigation et ont des récoltes permettant de nourrir de fortes populations.

 

 

_ La répartition des hommes s’explique par plusieurs facteurs :

* la plupart des régions peu ou pas peuplé correspondant à de milieux contraignants ou hostiles à cause du froid des hautes latitudes (sol gelé empêche l’agriculture), de l’aridité (peu de végétation), du relief (difficultés causées par le froid et les pentes).

Cependant les hautes chaînes de montagnes ne sont pas forcement des espaces répulsifs (ex. les Andes, l’Atlas). Les montagnes jouent le rôle de refuge ; dans les milieux secs (arides), les montagnes sont les plus arrosées.

* Les facteurs humains sont les plus importants. Les sociétés pastorales (ex Sahel) avec des faibles densités de bergers sont très différentes des fortes densités des civilisations hydrauliques où les techniques d’irrigations permettent de fortes densités de paysans (riziculture en Asie tropicale).

_ Les héritages historiques expliquent aussi ces répartitions de la population. La Traite des Noirs avec la déportation de millions d’esclaves noirs des côtes africaines vers l’Amérique ont dépeuplé certains littoraux africains.

 

 

milieux contraignants : milieux où la vie est difficile pour l’homme à cause de difficultés, de contraintes naturelles…

 

 

 

 

 

 

            C. Quelles sont les dynamiques de peuplement ?

         

                        1. La transition démographique

 

 

 

Cartes page 29 et 31           

 

Carte 1 page 29 : La population mondiale en 2000

 

Qu’est-ce qu’une carte par  anamorphose ?

 

C’est une carte où la taille des phénomènes correspond à leur importance.

 

 

 + Carte 58 page 31 : la croissance démographique dans le monde (1998-2015)

 

Comparer l’indice de fécondité et le taux de croissance annuel. Que pouvez vous conclure ?

La croissance annuelle est forte dans les pays de forte fécondité. C’est surtout le cas dans les pays africain et du sous-continent indien et sur la plaque arabique.

Les pays européens ont un faible indice de fécondité, quelquefois négatifs. Les vieux et riches pays industrialisés et les pays en crise de l’ex bloc soviétique sont en vieillissement.

 

 

Indice de fécondité (p. 252) : nombre moyen d’enfants par femme en âge de procréer. L’indice doit atteindre 2,1 pour assurer le renouvellement de la population dans un pays développé.

 

Croissance démographique (p. 30) : augmentation de la population, résultant de l’addition de l’accroissement naturel (excès des naissances sur les décès) et du solde migratoire (différence entre les départs et les arrivées).

 

 

 

Pourquoi ces différences dans l’indice de fécondité ?

 

Cela s’explique par la transition démographique.

 

 

 

Transition démographique (page 30) : passage d’un régime démographique traditionnel de forte natalité et de forte mortalité à un régime moderne de faibles natalité et mortalité. Comme la mortalité baisse plus vite que la natalité, une phase de forte croissance de la population apparaît au cours de cette évolution.

 

 

Fiche : Transition démographique

 

 

 

_ La population mondiale a fortement augmenté depuis deux siècles. Cette croissance démographique s’explique par la transition démographique.

* La transition démographique est terminée en Europe, et la population est en voie de vieillissement, en particulier en Allemagne où le taux de renouvellement des générations (deux enfants par femme) n’est parfois pas assuré.

* Les pays en voie de développement ont débuté leur croissance démographique tardivement. Mais celle-ci est très forte à cause d’un fort indice de fécondité.

_ Les foyers de peuplement des pays en voie de développement assurent 90% de la croissance démographique mondiale.

 

_ Les proportions de peuplement du monde sont modifiées par la croissance démographique au profit de l’Asie et de l’Afrique. En Asie le foyer de peuplement indien rattrape peu à peu e foyer chinois.

 

 

 

                                   2. Les flux migratoires

 

 

Carte D page 269 : Les migrations internationales

 

Quels sont les pays de départ de migrants (émigration) ? D’arrivée de migrations ? Pourquoi ?

 

Les pays pauvres et les pays en voie de développement sont des pays d’émigration vers les pays riches et développés.

Les pays du Maghreb, du Sahel, d’Afrique du Sud- Ouest envoient des migrants vers les pays riches et proches : vers l’Europe de l’Ouest, la République sud africaine.

Les pays d’Amérique du Sud envoient des migrants vers les pays riches d’Argentine (industrialisé), le Venezuela (pays exportateur de pétrole).

Les pays riches et industrialisés comme les Etats-Unis et le Canada, l’Australie et le Japon, les pays de l’Union Européenne attirent des migrants, quelquefois clandestins.

Les riches pays pétroliers attirent aussi les flux de migrations : Venezuela, Libye, l’Arabie saoudite et le Koweït…

 

 

Migration (page 30) : déplacement définitif ou de longue durée qui implique un déracinement ; les migrations internationales impliquent le franchissement d’une frontière.

 

 

 

Exode rural : Départ important et définitif des habitants des campagnes vers les villes.

 

 

 

_ Les migrations internationales poussent des migrants des pays en voie de développement vers les pays riches industrialisés (Etats-Unis, Canada, Australie, Japon, Pays de l’Union Européenne) ou les pays pétroliers (Arabie saoudite, Venezuela, Libye). Les flux peuvent se diriger de pays voisins plus pauvres vers un pays riche (pays frontaliers de l’Argentine, de la République Sud africaine).

_ L’exode rural est fort dans les pays en développement. Les migrants quittent les campagnes pour les villes moyennes ou importantes où ils espèrent trouver un métier et améliorer leur niveau de vie, trouver des services de qualité (école, hôpitaux…).

 

 

Partager cet article

Commenter cet article