Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

2e Histoire n°4 : Humanisme et Renaissance 3

18 Novembre 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

B. Où naît la Renaissance ? Où se diffuse-t-elle ?

 

 

Carte page 89 : la diffusion de la Renaissance

 

Méthode : du plus général au particulier. Lecture de la légende.

 

 

Quels sont les foyers de la Renaissance ? Quel est le plus ancien ?

 

_ Il y’a quatre foyers de Renaissance : italienne, française, allemande, flamande.

_ Le plus important et le plus ancien est le foyer de la Renaissance italienne, qui au Quattrocento et au Cinquecento ont fortement influencé le reste de l’Europe.

_ La Renaissance italienne est constituée de deux périodes :

            * le Quattrocento : au XV siècle à Florence ;

            * le Cinquecento : au XVI siècle à Rome et Venise.

 

Comment se diffusent les idées de la Renaissance ?

 

Par l’intermédiaire du commerce (foyer de la Renaissance flamande) des guerres en Italie et de l’action des princes mécènes (foyer de la Renaissance française) la Renaissance se diffuse. L’invention de l’imprimerie favorise le foyer de la Renaissance allemande.

_ La Renaissance se diffuse rapidement en Europe, par l’intermédiaire des commerçants et des princes mécènes, mais aussi des guerres d’Italie pour les Français. L’imprimerie joue un rôle important pour la Renaissance allemande (gravures de Albrecht Dürer (1471-1528).

 

Quelles sont les capitales de la Renaissance ?

 

_ Les capitales de la Renaissance sont Florence, puis Rome et Venise, et enfin Paris.

Où sont-elles le plus nombreuses ? Pourquoi ?

_ Elles sont nombreuses dans le Nord de l’Italie, principal foyer de la Renaissance et le plus ancien. 

 

_ La première capitale de la Renaissance est Florence, ville des Médicis.

 

_ Au XVI siècle Florence est déchiré par des querelles politiques. Rome et Venise sont les nouvelles capitales de la Renaissance. A Rome les Papes sont les mécènes sont des artistes. Ils font reconstruire la basilique Saint Pierre et notamment la chapelle Sixtine. Ils font appel aux artistes Raphaël, Michel Ange. A Venise les grandes familles des patriciens jouent le rôle de mécènes.

 

Quel est le foyer de Renaissance le plus éloigné géographiquement de l’Italie ?

 

_ En dehors d’Italie la Renaissance flamande est favorisée par les commerçants de cette région riche. Les peintres flamands ont un grand sens du détail, ils perfectionnent aussi la peinture à l’huile. Ils mettent au point des couleurs d’une exceptionnelle qualité (Jérôme Bosch, Bruegel, Van Eyck).

 

 

T.P. pour voir l’évolution dans le temps et dans l’espace :

* Comparaison Cimabue et Raphaël : la Vierge et l’enfant

* Etude d’une œuvre de la Renaissance flamande : Les époux Arnolfini, de Van Eyck

 

 

 

T. P.

 

Vierge à l'enfant entourée de six anges : 1 page 116

 


Fin XIIIe, Cathédrale de Pise. La Vierge en majesté, vêtue de bleu, est dite "hodigitria" (elle porte sur son bras gauche l'enfant bénissant): elle sert de trône à la sagesse, elle désigne l'enfant. Cette position est héritée de la mosaïque byzantine (l'art byzantin influence l'Italie à partir de la chute de Constantinople, début XIIIe). La Vierge et l'enfant regardent le fidèle et lui offrent des visages graves. Cimabue possédait un modèle d'ange, recopié plusieurs fois (on ne saurait distinguer les anges les uns des autres). Les auréoles ne suivent pas les inclinations de la tête : la lumière divine ne bouge pas (sur certains tableaux, ce principe fait que les saints ont l'auréole collée sur l'oreille ou le nez). Le drapé est ahurissant : il s'agit de représenter la beauté de l'invisible. Le drapé est un élément décoratif qui n'a pas à être réaliste. Les personnages n'ont pas de profondeur humaine, ils sont divins.

 

 

Les époux Arnolfini : 4 page 125

 

Il s'agit donc ici d'une scène de mariage. Un mariage qui a lieu chez soi et entre soi, comme c'était la coutume à l'époque. Il faudra attendre le concile de Trente ( le 13 décembre 1545) pour que s'impose la présence d'un prêtre et de deux témoins officiels aux mariages, qui n'avaient toujours pas lieu à l'église.

Arnolfini tient la main droite de la jeune femme dans sa main gauche, et non dans la droite ainsi qu'il est d'usage. Il s'agit là d'un mariage morganatique, c'est-à-dire un mariage dans lequel l'homme épouse une femme de rang inférieur qui ne pourra prétendre à l'héritage des biens de son mari s'il vient à décéder.

En revanche, elle recevra au lendemain de ses noces un document (morganegiba) l'assurant de percevoir une somme fixe en cas de décès du conjoint.


Derrière le couple, une paire de sandales féminines semble oubliée. Il ne s'agit pas ici d'une négligence, mais d'un autre signe nous certifiant qu'il s'agit bien d'une scène de mariage. Il se réfère à une phrase de l'Ancien Testament :

Et Dieu dit : N'approche point d'ici ; enlève tes sandales de tes pieds, car l'endroit sur lequel tu te tiens est une terre sainte. (Exode, 3,6.)

 


Les deux époux, pieds déchaussés, sont sur la terre sainte et s'administrent mutuellement le sacrement du mariage.

 

Sur un coffre derrière Arnolfini sont posés des fruits. S'il s'agit d'oranges, il représentent l'innocence d'avant le péché originel. Si ce sont des pommes, ils symbolisent la Tentation au jardin d'Eden.

 

 

Le lustre en cuivre porte une seule bougie allumée sur la gauche, symbole d'amour nuptial. Il évoque également l'oeil du Christ.

La figurine de bois au sommet de la cathèdre derrière la femme représente Sainte Marguerite, patronne des futures mères.

Le lit tendu de rouge évoque la relation charnelle du couple et son aboutissement qu'est l'enfantement.


Comme souvent chez Van Eyck, le sujet officiel de la peinture n'est qu'apparent. Il s'agit d'illustrer un mariage, bien sûr, mais aussi d'entreprendre des recherches picturales, de tenter de capturer le monde en deux dimensions. En vérité, le véritable sujet de ce tableau est en son centre, et c'est le miroir.

Un miroir convexe composé d'un mélange de verre et de métal, enchâssé dans un cadre de bois. Dix médaillons le décorent, illustrant des scènes de la Passion du Christ. Dans ce miroir, le reflet de deux personnages. L'un en rouge, l'autre en bleu. Il s'agit sans aucun doute des deux témoins du mariage, convoqués pour attester de la régularité de ce mariage morganatique. L'un de ces deux témoins est peut-être Jan Van Eyck lui-même, qui a écrit sur le mur au-dessus du miroir : Johannes de eyck fuit hic (était là) au lieu de fecit (l'a fait)

 

            C. Quelle est l’originalité de la Renaissance française ?

 

 

Carte haut de page 88

 

Dans quel domaine s’illustre la Renaissance française ?

 

La France emploie son génie à construire des châteaux et à promouvoir l’architecture. 

 

 

Dans quelles régions sont construits des châteaux ?

 

Les châteaux sont construits dans les deux zones où vont vivre les rois : autour de Paris et sur les bords de la Loire.

 

Image 3 page 115 : Le château de Chambord ; image 4 page 115 : L’escalier à double montée du château de Chambord

 

Question 3 page 115

 

Comment le château de Chambord vous semble-t-il illustrer la synthèse française entre le château traditionnel du Moyen Age et celui de la Renaissance ?

 

            Certains éléments du château rappelle les forteresses françaises du Moyen Age : l’aspect des tours, cours castrales (basse-cour médiévale), douves, escaliers qui rappellent le pont-levis. Il y’a aussi une chapelle imposante et une tour centrale qui rappelle le donjon.

            Par contre des jardins symétriques entourent le château, la façade du château est remplie de fenêtres (pour l’esthétisme et le confort).

 

_ La France est profondément influencée par l’art italien. Plusieurs rois de France, en particulier François Ier, ont admiré l’art de la Renaissance pendant les guerres d’Italie. Or de nombreux châteaux sont à reconstruire après les ravages de la guerre de 100 ans. Avec la paix intérieure et les progrès de l’artillerie les châteaux ne sont plus des places fortes mais des résidences luxueuses.

_ C’est l’apparition d’un nouveau style de château mélangeant le style italien (esthétisme et confort) et le style français. C’est l’époque des châteaux de la Loire : Blois, Chenonceaux, et surtout Chambord construit en 1526 d’après les plans de léonard de Vinci. 

_ Paris subit également l’influence de la Renaissance : Le Louvre est reconstruit par l’architecte Pierre Lescot en 1546.

 

 

 

 

(           D. Quel est le message des nouvelles œuvres d’art ?

 

Cf. modules : La Joconde de Léonard de Vinci

 

Distribution : grille d’analyse d’un document iconographique     )

 

 

 

Conclusion :

 

 

L’humanisme est un courant de pensée nouveau qui bouleverse petit à petit la société. Ses idées optimistes bouleversent les rapports entre les fidèles et les clercs, renouvellent l’approche artistique…

 

Partager cet article

Commenter cet article