Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Travail à faire à partir de la lecture de la lettre de Guy Môquet

16 Octobre 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Concours et club histoire

Eléments du dossier :

1. Consignes de travail

2. Poème sur les fusillés de Chateaubriant

3. Contexte de l’époque où a vécu Guy Môquet

4. Original de la lettre de Guy Môquet

5. Lettre de Guy Môquet

6. Biographie de Guy Môquet

 

 

Travail à faire à partir de la lecture de la lettre de Guy Môquet

 

 

CONTEXTE :

 

1. Présenter la lettre de Guy Môquet : qui est l’auteur ? Quel est le contexte historique mondial et national ?

 

LE RECIT :

 

2. Dans cette lettre, dire et expliquer quels sont les éléments évoquant la lutte contre le nazisme ? Citer les personnes déjà exécutées pour faits de résistance.

 

LES MOTIVATIONS :

 

3. Quelles sont les valeurs de Guy Môquet ? Pourquoi un jeune homme de 16 ans désire-t-il accomplir des actes de résistance ?

 

LES ADIEUX

 

4. Quels sont les regrets et les espoirs de Guy Môquet ?

 

 

                Pour répondre à ces questions il faut s’aider du texte, de vos connaissances, mais aussi des documents donnés par l’enseignant, également disponibles sur le blog d’histoire : http://museclio.over-blog.com/

 

 

5. Deux déportés M. Girost et Mme Collot, seront présents le 22 octobre le jour de la lecture de la lettre de Guy Môquet, de 9 h00 à 10h00. Vous devrez avoir préparé une dizaine de questions (minimum) à leur poser sur leurs actions, leurs vécus, leurs sentiments, etc…

 

 

LA LETTRE DE GUY MOQUET

 

 

Lycéen parisien, Guy Môquet fut arrêté à la gare de l’Est où il distribuait des tracts. Il sera fusillé avec 26 de ses camarades en représailles de l’assassinat de l’officier Karl Hotz. Il est le plus jeune des vingt-sept otages assassinés du camp de Châteaubriant.

 

 

Guy Môquet

 

Châteaubriand, camp de Choisel (Loire-Inférieure)

 

22 octobre 1941

 

 

Châteaubriand, le 22 octobre 1941

 

 

Ma petite maman chérie,

 

Mon tout petit frère adoré,

 

Mon petit papa aimé,

 

 

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, à toi en particulier petite maman, c’est d’être très courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre, mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et René (1). Quant à mon véritable (2), je ne peux le faire, hélas ! j’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge qui, je l’escompte, sera fier de les porter un jour.

 

À toi, petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman bien des peines, je te salue pour la dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

 

 

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup, qu’il étudie, qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

 

17 ans et demie (sic), ma vie a été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous.

 

Je vais mourir avec Tintin, Michels (3). Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

 

Je ne peux pas en mettre davantage, je vous quitte tous, toutes, toi maman, Séserge, papa, en vous embrassant de tout mon coeur d’enfant. Courage !

 

Votre Guy qui vous aime.

 

Guy.

 

Lettres choisies et présentées par Guy Krivopissko (2003), La vie à en mourir. Lettres de Fusillés

 

(1941-1944), Éditions Tallandier, Paris, p. 85.

 

(1) Jean Mercier, Roger Semat, Rino Scolari.

 

(2) Serge, le frère de Guy Môquet.

 

(3) Jean-Pierre Timbaud, ami de Guy Môquet [...], et Charles Michels, trente-huit ans, député communiste de Paris, fusillés à La Sablière le 22 octobre 1941.

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article