Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Terminale STG Géographie : L'eau dans le monde (1)

31 Mai 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

L’EAU DANS LE MONDE

Série STT             Manuel :      MAGNARD, 1998

Introduction : L’eau est une ressource indispensable à la vie. Elle est parfois rare sous sa forme d’eau potable. La forte augmentation de la population accroît aussi les besoins en eau.

Problématique : Pourquoi l’eau est-elle devenue un bien stratégique ? Quels sont les risques de conflits liés à l’inégale répartition de l’eau ?

 I. L’eau est-elle disponible pour tous ?

 

           

            A Quelles sont les disponibilités en eau à l’échelle de la planète ?

 

Carte 1 page 278 : Ressources en eau dans le monde

 

Schéma graphiques en barres : L’eau sur la planète

 

Question 1 page 279 : Dans quelles régions sont situés les plus importants réservoirs d’eau douce de la planète ?

 

_ 97% de l’eau présente sur la planète est non potable car c’est de l’eau marine salée. De plus 2% de l’eau douce est présente sous forme de glace. Seule 1% de l’eau est accessible à la consommation humaine. L’eau est donc une ressource rare et précieuse.

_ Les régions avec les ressources en eau renouvelables les plus importantes sont les régions tempérées (Europe, Amérique du Nord) et les régions équatoriales (Brésil, Afrique équatoriale).

 

 

 

Que dire de la situation en eau de la Chine et de l’Inde ? Pourquoi cette situation? En quoi est-ce alarmant ?

 

Les ressources en eau sont importantes pour les deux géants démographiques que sont l’Inde et la Chine, mais ne suffisent pas pour le grand nombre de leur population. La situation est alarmante car la population augmente du fait de la transition démographique et l’allongement de la durée de vie mais pas les ressources en eau.

 

 

 

_ L’eau douce accessible à l’homme ne constitue que 1% de l’eau présente sur Terre (mers d’eau salée, glaciers…). L’eau est inégalement répartie sur la planète. Les zones où l’eau est abondante sont les régions tempérées (Europe, Amérique du Nord) et les régions équatoriales (Brésil, Afrique équatoriale).

_ Même dans les régions où la présence de l’eau est forte, une population nombreuse et  en croissance (Inde, Chine) pose le problème du manque d’eau. A ressources équivalentes, un Chinois dispose de vingt fois moins d’eau qu’un Canadien.

 

 

 

Question 2 page 279 : Quelles sont les régions arides ?

 

Une diagonale aride traverse les continents asiatique et africain depuis la Chine (désert du Gobi) jusqu’au Maroc en passant par l’Asie centrale, la péninsule arabique et le Sahara. Les montagnes andines, le cœur de l’Australie ainsi que le désert de Kalahari en Afrique australe sont des zones arides.

 

Quel est le niveau de développement économique et humain de ces zones ?

 

A l’exception de l’Australie ce sont des zones situées dans les Pays en Voie de Développement.

 

 

 

_ Une vaste diagonale aride traverse les continents asiatique et africains depuis le désert de Gobi (Chine) jusqu’au Sahara (Maroc) en passant par la péninsule arabique. Des régions hyper-arides se trouvent encore en Afrique australe (désert du Kalahari) et dans les montagnes andines. Ce sont surtout des zones présentes dans les Pays en Voie de Développement (à l’exception du cœur désertique de l’Australie).  Les régions sèches - comme celles d’Afrique du Nord et du Proche et Moyen-Orient - souffrent fréquemment de stress hydrique. 

 

Stress hydrique : Notion utilisée par l’ONU pour désigner une situation où les disponibilités en eau sont inférieures à 1700 m3 par an, ce qui peut entraîner des pénuries.

 

 

            B. L’eau est-elle une ressource renouvelable ?

 

Schéma 4 page 279 : Le cycle de l’eau

 

[    (Reconstituez les étapes du cycle de l’eau. Quel en est le moteur ?)

 

_ 1) L’eau contenue dans les océans s’évapore. 2) Des nuages de vapeur se forment dans l’atmosphère. 3) Des précipitations (pluie, neiges…) s’abattent sur les océans et les continents et les océans à la suite de la condensation de la vapeur d’eau. 4) Une partie s’évapore pour reprendre le cycle ; le reste s’écoule (fleuves et rivières…) ou s’infiltre dans les nappes pour finalement rejoindre à nouveau l’océan.

 

_ Le moteur du cycle de l’eau est l’évaporation.         ]

 

 

 

 

Question 3 page 279. Comment l’homme peut-il perturber le cycle de l’eau ?

 

* L’homme peut perturber le cycle de l’eau en favorisant le retour rapide de l’eau dans l’atmosphère. L’eau utilisée pour l’irrigation s’évaporent et ne retournent pas dans les cours d’eau et les nappes phréatiques.

 

* Les revêtements routiers et urbains, les barrages, peuvent encore modifier les conditions de l’écoulement des eaux.

 

 

 

 

_ L’eau est une ressource renouvelable grâce au cycle de l’eau. Mais l’homme peut perturber ce cycle d’évaporation et de précipitation par la construction de barrages et de canaux, des revêtements routiers et urbains qui modifient l’écoulement des eaux, empêchant ainsi les infiltrations dans les nappes…

 

 

 

 

Quels sont les autres dangers pour l’eau durant son cycle ?

 

L’eau peut être pollué par les activités humaines avec les rejets industriels et les engrais agricoles qui peuvent s’infiltrer dans les nappes phréatiques.

 

_  La pollution des nappes phréatiques par les rejets industriels ou l’usage trop importants d’engrais chimiques constituent également un risque.

 

 

II. Quels conflits sont liés à l’usage de l’eau ?          

            A.  Quels rapports peut-on établir entre eau et développement ?

 

Graphique en barres 1 page 285 : L’usage de l’eau par continent

 

Tableau chiffré 5 page 285 : Demande et consommation d’eau en Espagne.

 

1. Comment expliquez-vous les différences entre les usages de l’eau selon les zones géographiques ?

 

Les différences entre les usages de l’eau correspondent au niveau et au type de développement des différentes zones géographiques, mais aussi au climat (Espagne). Les pays développés utilisent la majorité de leur eau pour l’industrie et l’usage domestique, alors que les Pays en Voie de Développement consacrent celle-ci pour l’agriculture. Dans le monde l’eau est principalement (70%) vouée au secteur agricole.

 

 

_ Au niveau mondial l’agriculture consomme 70% du total de l’eau exploité, l’industrie 22% et seulement 8% pour l’usage domestique. 

 

_ Cependant, les répartitions de l’usage de l’eau sont différentes selon les continents et les Etats à cause des différences climatiques, mais aussi de civilisations et du niveau de développement économique.

Graphique en barres 1 page 285 : L’usage de l’eau par continent

 

 

Quelle géographie de la consommation de l’eau peut-on établir selon les continents, selon les activités ?  (Selon vous, quelle est l’évolution ?)

 

_ On peut distinguer trois catégories de pays :

 

* Les pays développés, où la consommation industrielle domine (Amérique du Nord, Europe, Japon, Russie). La demande en eau se stabilise du fait des populations stationnaires et du degré de développement atteint.

 

* Les pays en développement gros consommateurs, dont le processus d’industrialisation, la croissance démographique et les techniques d’agriculture modernes accélèrent la demande.

 

* Les pays en développement faiblement consommateurs : l’aridité limite l’usage de l’eau a des fins presque exclusivement agricoles. La consommation y est stationnaire du fait du plafonnement des ressources (Moyen-Orient, une partie de l’Afrique).

 

 

 

 

            B. Quelles sont les rivalités pour l’usage de l’eau ?

 

Carte 3a) page 284 : Une situation complexe : l’exemple d’Alger

 

Texte 3b) L’alimentation d’Alger

 

Question 3 page 285 : En quoi l’exemple de l’Algérie est-il préoccupant ?

 

_ Les besoins en eau des citadins d’Alger augmentent fortement et provoquent un double risque : celui de ne pas réussir à fournir toute l’eau demandée à la capitale, celui de prélever à l’excès l’eau réservée à l’agriculture.

 

* Les prévisions pour la consommation d’eau à Alger montre une augmentation de 50 millions de m3 d’eau en 1972 à 400 millions de m3 en 2000.  C’est dû à la transition démographique et à la forte augmentation de la population, ainsi qu’à l’adoption d’un mode de vie plus dépensier en eau : hygiène, piscines…

 

* Les aménagements (barrages, conduite de l’eau depuis les montagnes…) coûtent chers, privent d’eau les régions où elle est prélevée et gaspillent la ressource (« le réseau, dégradé, perd 40% de l’eau qu’il achemine »).

 

_ Les demandes en eau augmentent fortement avec la croissance démographique et l’adoption de nouveaux modes de vie dans les Pays en Voie de Développement :

 

* En Afrique par exemple le nombre de citadins s’élevait à 30 millions en 1950 et 300 millions en 2000. A Alger les prévisions de consommation d’eau passent de 50 millions en 1972 à 400 millions en 2000. Fournir de l’eau potable pour des Etats pauvres constitue un défi.

 

* L’élévation du niveau de vie pousse à un désir de loisirs consommateurs d’eau (piscines, golfs…). Cela s’ajoute aux fortes consommations liées aux besoins d’hygiène et domestiques.

 

_ La rivalité pour s’accaparer l’eau est forte entre les besoins urbains (consommation domestique mais aussi industries) et l’utilisation de l’eau pour l’agriculture. L’Etat arbitre en faveur des villes mais l’activité agricole est menacée.

 

_ Le tourisme apporte de nombreuses rentrées d’argent au pays mais est coûteux en eau (piscines des grands hôtels à côté de la mer…), par exemple en Tunisie.

 

 

 

 

III. Comment concilier écologie et développement économique dans l’usage de l’eau?

 

            A. Quelles sont les pollutions des eaux ? Quel traitement est apporté à l’eau ?

 

Texte 5 page 283 : Les maladies de l’eau

 

Question 1 page 283 : Quels sont les effets provoqués par la consommation d’eaux insalubres ? Quelles régions en sont principalement victimes ?

 

_ Les maladies sont nombreuses : poliomyélite (l. 1), fièvre typhoïde (l. 3), dysenteries (l. 5), choléra (l. 6), ver de Guinée (l. 8), paludisme (l ; 14). Les effets sont  la fièvre et la dysenterie ; douleur, infection, gonflement des jambes, immobilisation des malades.

_ Les régions principalement touchées sont celles situées dans les Pays en Voie de Développement (l. 17-18) surtout dans la zone tropicale (l. 4). Les régions citées sont celle du delta du Gange et de l’Afrique intertropicale (l. 6-7).

 

_ L’eau est à l’origine de nombreuses maladies dans les Pays en Voie de Développement. 2, 5 millions de personnes meurent chaque année à cause d’une eau contaminée par les germes et la pollution, surtout dans les Pays en Voie de Développement. Les zones tropicales, le delta du Gange et l’Afrique intertropicale sont plus particulièrement touchés.

 

Photographie 3 page 287 : Station de traitement des eaux au Canada

 

Quels services rendent cette installation ? Pourquoi cette installation est-elle indispensable ? Est-ce cher ?

 

_ La station de traitement des eaux permet de purifier l’eau, de lui enlever les germes de maladie et la pollution, avant que l’eau  soit rejetée dans les rivières et réutilisée. 

_ Les pays développés ont besoin de ce type d’installation à cause de leurs pollutions liées aux activités industrielles (rejets d’usines) mais aussi agricoles (engrais chimiques, nitrates en Bretagne).

_ Les pays du Sud ne peuvent pas toujours s’équiper à cause du coût de telles installations.

 

_ L’eau est polluée par les activités industrielles (rejets d’usines) ou/et agricoles (engrais chimiques dont les composants s’infiltrent dans les nappes phréatiques, nitrates en Bretagne) dans les Pays Développés.

_ Les Pays Développés disposant de moyens financiers ont construit des stations de traitement des eaux. Mais l’épuration de l’eau exige des investissements coûteux. Aussi les pays du Sud ont des équipements insuffisants par rapport à une population et des besoins en augmentation. 1,2 milliard de personnes n’ont pas encore accès à l’eau potable en 2001.

Eau potable : Eau consommable pour la boisson et l’hygiène ne présentant aucun danger pour la santé humaine. Le minimum vital est estimé par l’ONU à 1 000 m3 par habitant et par an.

 

Les maladies liées à l’eau et leurs conséquences

 

Origine de la maladie

Maladie

Morbidité/mortalité (par an)

Infections fécales et orales (véhiculées par l’eau de boisson)

Diarrhée et dysenterie

1,5 milliard de cas ; 3,3 millions de morts chez les moins de 5 ans (5 millions de morts)

Infections liées à une hygiène insuffisante

Trachome, gales et autres infections de la peau

146 millions de cas, 6 millions d’aveugles

Infections liées au manque d’assainissement

Téniase (ténia : ver solitaire)

700 millions de personnes infectées

Infections fécales et orales

Fièvre typhoïde

500 000 cas, 25 000 morts

Infections fécales et orales

Choléra

500 000 cas, 20 000 morts

           

            B. Quels sont les aménagements et les grands travaux pour maîtriser l’eau ?

 

Photographie 3 page 281 : transfert d’eau en Arizona

 

Dessins 4 page 280-281 : le barrage des trois Gorges sur le Chang Jiang (Yangtsé).

Question 3 page 281 : Quels sont les types d’aménagements réalisés par l’homme pour faire face aux besoins croissants en eau ?

 

Plusieurs types d’aménagements sont réalisés pour répondre à la demande croissante en eau :

* Le transfert de l’eau sur de longues distances. Comme pour le Projet Central de l’Arizona entre le lac Havasu et le centre de l’Arizona sur 536 km.

* Les barrages réservoirs sont construits pour retenir l’eau et se protéger des crues dévastatrices, réguler l’approvisionnement en eau et améliorer la navigabilité du fleuve, mais aussi fournir de l’hydroélectricité. Le barrage des Trois-Gorges en Chine sur le Chang Jiang (fleuve bleu) est le plus grand chantier du monde : plus de 50 000 personnes travaillent jour et nuit à la construction du barrage qui devrait être achevé en 2009. Mais les conséquences sont importantes : 1,3 million d’expulsés ; 12 villes et 4 500 villages sont submergés car le niveau de l’eau se sera élevé de 175 mètre en 2009. 

 

_ Les aménagements et les grands travaux sont nécessaires pour satisfaire la demande croissante en eau d’une population en forte augmentation. Depuis 1950 le nombre de barrages a été multiplié par 7.

* Le transfert de l’eau sur longue distance permet d’approvisionner en eau des centres éloignés de la source d’eau. Par exemple le Projet Central de l’Arizona qui opère ce transfert sur 536 km (depuis le lac Havasu jusqu’au centre de l’Arizona).

* Les barrages sont gigantesques comme celui d’Assouan sur le Nil ou celui des Trois-Gorges en Chine sur le Chang Jiang (fleuve bleu).

            - Mais ce projet conduit à l’expulsion de 1,3 million de personnes et à la submersion de 12 villes et 4 500 villages, son coût est important : 36 milliards de dollars.

            - Cependant les avantages sont nombreux : protection contre les crues, régulation de l’approvisionnement en eau, amélioration de la navigation sur le fleuve, hydroélectricité.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article