Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Terminale STG Géographie : Population et développement en Chine et Union Indienne (1)

31 Mai 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

POPULATION ET DEVELOPPEMENT EN CHINE ET UNION INDIENNE

 

Série STT             Manuel :      MAGNARD, 1998

 

Introduction :

 

            Rassemblant 40% de la population mondiale de l'humanité sur 10 % des terres émergées, la Chine et l'Inde sont de loin les 2 premières puissances démographiques de la planète. La population constitue un formidable atout sur de nombreux plans, mais sa maîtrise est un défi.   

            Quelles sont les politiques instaurées par ces deux Etats pour tenter de maîtriser la forte poussée démographique ?

 

            Comment le problème de la population est-il à la fois une contrainte et un atout pour le développement de la Chine et de l’Union indienne ?

 

Deuxième série de problématiques :

            Quels sont les formes et les résultats des politiques démographiques dans chaque cas ?

 

            Comment conduire à la croissance économique et à l'intégration au système mondial ces deux Etats au poids démographique considérable?

 

            Le développement s'étend-il à toutes les couches de la population et sur l'ensemble des territoires chinois et indien?

 

 

I. Pourquoi et comment la population est-elle répartie en Inde et en Chine ?

 

 

            A. Quel est le poids de l’histoire ?

 

 

Texte 5 page 205 : Une hypothèse vraisemblable

 

Question 2 page 205 : Quels sont les facteurs qui expliquent les fortes densités ?

 

L’adoption de la  riziculture a plusieurs conséquences :

* La riziculture exige une forte main-d’œuvre mais nourrit une forte population.

 

* L’organisation des travaux pour la riziculture incite le développement d’Etats centralisés.

 

* Les Etats favorisent la paix donc la prospérité agricole, donc permettent de fortes densités.

 

 

_ Le développement de la riziculture en Chine du Sud et en Inde, dès le X siècle, ont permis de rassembler des densités élevées de population. La riziculture irriguée, avec double récolte, assure de hauts rendements. La culture du riz nourrit une forte population mais exige une main-d’œuvre importante. La gestion de cette main-d’œuvre agricole et l’organisation des travaux aboutissent à la création d’Etats centralisés. La Chine et l’Inde sont ainsi les berceaux de grandes civilisations (le premier empire chinois date de 221 av. J.-C.). Tous ses points fondent la « civilisation du riz ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            B. Quelle est la répartition de la population ?

 

 

Carte 1 page 204 : Principaux atouts et handicaps naturels

 

Question 1 page 205 : Confrontez le document 1 avec la carte 1 page 202. Quels constats pouvez-vous faire ?

 

* La population est bien moins forte en Chine dans l’ouest. L’Inde est moins vaste, la population est répartie de façon plus homogène.

 

* Les zones densément peuplées sont les vallées fluviales (Gange en Inde, Chang Jiang en Chine)  et les deltas. De plus la zone inondée par la mousson est elle aussi fortement peuplée.

 

 

_ La Chine et l’Inde sont deux géants démographiques. La République populaire de Chine comportait 1,3 milliard d’hommes en 2000, l’Union indienne 1,05 milliard. Ces deux foyers de peuplement sont des « Etats-monde ».

_ Les densités sont cependant inégalement réparties en Chine entre les fortes densités de l’Est (littoral) et grand vide intérieur (6% de la population sur 55% du territoire). L'occupation du territoire indien (2 fois moins vaste que celui de la Chine [9,6 millions de km²]) est plus homogène, mais c’est  un espace plein, un territoire dans lequel l’importance de la population est telle qu’elle utilise l’ensemble des ressources disponibles.

Etat-monde : Etat dont la superficie et la population le rapprochent de la taille d’un espace continental entier.

 

 

Carte 1 page 202 : Villes et répartition de la population en Chine et en Inde.

 

Question 1 page 203 : Localisez et caractérisez les fortes densités et les grandes agglomérations en Chine et en Union indienne

 

* Les fortes densités indiennes et chinoises (densité supérieure à 200 hab. /km²) se trouvent sur les littoraux et le long de vallées fluviales comme celle de la Vallée du Gange en Inde.

* Les agglomérations sont situées à l’est du territoire chinois, et pour l’Inde sur le littoral (Bombay, Madras) et le long de la vallée du Gange (Delhi, Calcutta).  

 

_ Les fortes densités (supérieure à 200 hab. /km²) se trouvent dans les vallées fluviales (Gange en Inde, Chang Jiang en Chine)  et dans les deltas. Les zones inondées par la mousson sont elles aussi fortement peuplées. Ces fortes densités sont liées à la riziculture.

Mousson : vent saisonnier chargé de pluie

 

 

Carte 1 page 212 : Prévision de croissance des principales agglomérations (1994-2015)

 

+ photos 2 page 212 : Banlieue de Madras

 

Question 1 page 213 : Où et comment se manifeste la croissance urbaine en Chine et en Inde ?

 

* La croissance urbaine est forte dans les grandes agglomérations d’Inde et de Chine. Pour ce pays la croissance urbaine peut-être de +51 à  62%.

 

* Cette extension urbaine peut prendre la forme d’importants bidonvilles installés aux banlieues des agglomérations.

 

 

_ D’importantes agglomérations sont situées à l’est du territoire chinois, et pour l’Inde sur le littoral (Bombay, Madras) et le long de la vallée du Gange (Delhi, Calcutta). On compte 39 villes qui dépassent le million d’habitants en Chine et 36 en Inde. Bombay, avec 18 millions d’habitants, la 3e ville la plus peuplée de la planète.

_ La croissance urbaine est forte, particulièrement en Chine : la population augmente de 4,6% entre 1982 et 1990, de 0,5% dans les campagnes. Ces campagnes restent surpeuplées (jusqu’à 1 200 hab./km²) malgré l’exode rural qui alimente la croissance urbaine.

_ Les villes chinoises ne connaissent pas les bidonvilles des villes indiennes.

 

Exode rural : départ important et définitif des habitants des campagnes vers les villes.

 

II. Quelles sont les politiques démographiques actuelles ?

 

 

            A. Quels sont les héritages de la transition démographique ?

 

 

Tableau de statistiques 1 page 218 : évolution de la population (1950 – 1995)

 

T.P. domicile : questions page 218

 

 

Graphiques 3 et 4 page 205 : évolution de la population en Chine depuis 1950 ; évolution de la population en Inde depuis 1950. 

 

Question 3 page 205 : comparez l’évolution de la population en Chine et en Inde ; quelle différence fondamentale y a-t-il entre les deux graphes ?

 

_ La population croît fortement dans les deux pays. Cela peut s’expliquer par la transition démographique (page 297).La courbe de natalité (en vert) étant nettement supérieur à la courbe de mortalité (en bleu) l’accroissement naturel est fort.

_ En Inde l’augmentation de la population est régulière, mais en Chine la courbe est irrégulière. L’augmentation de la natalité est forte en 1950 à 1960 puis on assiste dans les années 60 à une très forte crise de mortalité. 

 

Transition démographique : (page 297) passage d’un régime démographique fondé sur une forte fécondité et une forte mortalité à un régime caractérisé par une faible fécondité et une faible mortalité.

 

 

Comment s’explique l’aspect irrégulier de l’évolution de la population en Chine ?

 

_ La forte augmentation de la population dans les années 1950-60 s’explique par la volonté nataliste du président chinois Mao Zedong : « un homme, c’est une bouche, mais ce sont surtout deux bras ». 

_ La crise de mortalité des années 1960 s’explique par la « Révolution culturelle » du président Zedong qui a abouti à une immense famine.

 

En 1995, l’accroissement naturel est-il aussi fort en Inde et en Chine ? Pourquoi ?

 

_ L’accroissement naturel diminue en Inde et en Chine en 1995 à cause de la politique de l’Etat de limitation des naissances.

 

 

_ Depuis  1950 la population a plus que doublé en Chine, et elle a triplé en Inde. Cette croissance de la population est liée à la transition démographique. La croissance de la population est régulière en Inde. La politique des dirigeants chinois a eu une forte influence sur la démographie du pays. En 1950 la politique nataliste du président Mao Zedong encourage les naissances : « un homme, c’est une bouche, mais ce sont surtout deux bras ».  Puis la « Révolution culturelle » des années 1960 provoque une forte mortalité.

_ Depuis 1970 l’Inde et la Chine ont adopté une politique de limitation des naissances pour favoriser leur développement.

           

 

 

 

 

 

 

 

            B. Par quelles politiques la Chine et l’Inde cherchent-elles à instaurer de nouveaux comportements démographiques ?

 

 

                        1) La voie indienne : incitation et instruction de la population

 

 

Texte 3 page 206 : La politique des naissances en Inde

 

Quels moyens sont mis en œuvre pour contrôler et réduire la natalité en Inde ?

 

Les moyens mis en œuvre en Inde sont la propagande et les incitations. Par le moyen d’affiches on demande aux individus de limiter les naissances (stérilet, stérilisation chirurgicale).

Des incitations (compensations financières l.14) comme des compensations financières et des cadeaux en nature récompensent les personnes qui sont stérilisées.

 

Quelles sont les limites de cette politique ?

 

_ La population est libre d’adopter ou non ces moyens. L’Union Indienne est une démocratie.

_ Cependant il y’a eu des dérives à cause de la motivation financière des couples, puis des rabatteurs qui parvenaient à amener aux médecins des hommes à stériliser : 8 millions de stérilisations masculines de 1975 à 1977.

 

Photographie de l’affiche 5 page 207 : En Inde : une famille heureuse n’a que deux enfants.

 

Quelles familles adoptent la politique de limitation des naissances ?

 

_ Les familles qui adoptent les moyens de contraception sont les familles disposant d’un bon niveau d’instruction.

_ Dans les familles pauvres et dans certaines régions l’accroissement de la population est encore important à cause de la persistance des comportements démographiques et culturels.

 

_ L’Inde adopte très tôt (en 1952) une politique d’incitation à la limitation des naissances. La politique de planification familiale préconise comme objectif : « 2 enfants pas plus ».

 

_ Les moyens pour limiter les naissances ont évolué : stérilisation masculine et féminine, avortement depuis 1972, contraception.

 

_ La méthode choisie est l’incitation, avec des campagnes de sensibilisation (affiches et compensations financières…). Il y a eu cependant des dérives (motivation financière des couples, puis des rabatteurs qui parvenaient à amener aux médecins des hommes à stériliser : 8 millions de stérilisations masculines de 1975 à 1977).

_  Les effets de cette politique sont globalement bon : aujourd’hui de 40 à 60% des couples utilisent la contraception. Mais dans les familles pauvres et dans certaines régions (Uttar Pradesh au nord de l’Inde) on assiste à la persistance de comportements démographiques et culturels favorisant une forte natalité.

 

 

Planification familiale (ou Planning familial) : organisation visant à éduquer les populations en vue d’une maîtrise raisonnée de la procréation. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                        2) La voie chinoise : une politique dirigiste de l’Etat

 

 

Affiche 1 page 206 : propagande pour l’enfant unique en Chine

 

Texte 6 page 207 : Le débat en Chine sur la politique démographique

 

Quels moyens sont mis en œuvre pour contrôler et réduire la natalité en Chine ?

 

Le gouvernement chinois organise une propagande pour « l’enfant unique ». Mais l’Etat a aussi installé un système de pressions sociales (faveurs pour les enfants uniques…) et de sanctions économiques (réduction des salaires…) pour décourager les naissances nombreuses.

 

 

_ Le président chinois Deng Xiao Ping a décidé en 1979 d'imposer une nouvelle politique pour limiter les naissances : celle de l'enfant unique. Les mesures sont nombreuses : mariage tardif (25 ans pour les hommes et 23 ans pour les femmes), interdiction des naissances hors mariage (sinon avortement), planification des naissances par les unités de travail, pénalités financières pour les familles nombreuses.

 

_ Aujourd’hui, la Chine a un indice de fécondité inférieure à celui des Etats-Unis (1,8).

 

 

Indice de fécondité : le nombre moyen d’enfants par femme en âge de procréer. L’indice doit atteindre 2,1 pour assurer le renouvellement de la population.

 

 

Fin du texte 6 page 207 : Le débat en Chine sur la politique démographique

 

Question 3 page 207 : Quels sont les effets négatifs de la politique de l’enfant unique en Chine ?

 

_ Les mesures natalistes sont impopulaires et dictatoriales : poses de stérilets et stérilisation forcée.

 

_ Les parents sans descendance mâle n’ont pas la possibilité d’être nourri dans leurs vieux jours.

 

_ L’infanticide (meurtre des jeunes filles) se multiplie dans les campagnes chinoises.

 

 

_ La politique de l’enfant unique en Chine a des conséquences négatives. Elle ne respecte pas le droit humain : pose de stérilets et stérilisation forcée, avortement forcé… Dans les campagnes où se sont les garçons qui entretiennent les parents devenus âgés, la peur et les infanticides de jeunes filles se sont développés.

 

 

            C. Quels problèmes posent les politiques démographiques en Inde et en Chine ?

 

 

                        1) Le vieillissement de la population d’ici 2025

 

 

Texte 2 page 208 : Un autre défi démographique pour la chine du XXI siècle

 

Comment décrire le vieillissement de la population chinoise d’ici 2050 ?

 

_ Le vieillissement rapide de la population (en 21 ans)

 

_ Un travailleur sur deux sera à la retraite. Le nombre de retraités sera trop grand par rapport à celui des actifs.

 

 

_ La politique démographique autoritaire de la Chine menace le pays d’un vieillissement rapide et brutal de sa population. D’ici 2050 le nombre de retraités sera trop grand par rapport à celui des actifs : un travailleur sur deux sera à la retraite.

 

 

Quels problèmes sociaux peuvent être provoqués par le vieillissement de la population ?

 

_ La vie de famille peut être profondément modifiée : les enfants uniques sont gâtés et égoïstes, les « petits empereurs » accepteront-ils d’assumer la charge des aînés ?

 

_ La santé (constructions d’hôpitaux et entretien de services sociaux pour les personnes âgées)

 

_ Les dépenses d’Etat (coût des services pour les retraités)

 

 

_ Les problèmes sociaux seront importants au niveau de la santé et des dépenses d’Etat (coût des services sociaux pour les personnes âgées). Les relations dans les familles peuvent être modifiés par la présence d’enfants uniques gâtés et égoïstes appelés « petits empereurs ».

 

                       

                        2) Le problème de la surmasculinité

 

 

Courbe 4 page 206 : La surmasculinité en Chine

 

Quelles sont les causes de la surmasculinité ?

 

_ La politique de l’enfant unique en Chine a un effet « pervers » : celui de la préférence donnée aux garçons qui se traduit par un plus grand nombre de morts chez les très jeunes filles (infanticide, négligence et manques de soins).

 

_ En Inde et en Chine les traditions accordent une place privilégiée aux hommes et un statut médiocre aux femmes. Elles sont moins alphabétisées, occupent peu d’emplois (en Inde) ou perçoivent des salaires inférieurs aux hommes.

_ La naissance d'une fille est peu désirée (recours à l'échographie, à l'avortement, voire à l'infanticide des nouveaux-nés de sexe féminin...). Dans les campagnes chinoises la politique de l’enfant unique a un effet pervers : la naissance d’enfant non déclaré et une surmasculinité à cause de la préférence accordée aux garçons. Le pouvoir a assoupli sa politique en autorisant de nouvelles catégories de couples à avoir un 2e enfant.

 

(Transparent : texte « 30 millions de célibataires »)

 

 

Transparent : texte « Des sociétés de plus en plus agressives »

Quelles sont les conséquences de la surmasculinité ?

 

_ Le déséquilibre des naissances en défaveur des filles crée une situation ou de nombreux hommes en âge de se marier et de procréer ne peuvent pas le faire. Les démographes estiment pour 2020 le nombre à venir de célibataires masculins à 30 millions en Chine et 28 millions en Inde, malgré une possible émigration conjugale. Les « femmes manquantes » sont estimées à 44 millions en Chine et 37 millions en Inde.

 

_ Selon les sociologues, une société sans femme est une société violente (instabilité sociale, criminalité, violence et mafia). Déjà, l’enlèvement de femmes vendues comme épouses à des hommes autrement trop pauvres pour se marier est réapparu dans la société chinoise ;

 

 

_ Le déséquilibre des naissances en défaveur des filles a pour conséquences prévisibles une forte augmentation des célibataires d’ici 2020 (30 millions en Inde, 28 millions en Chine) à cause des « femmes manquantes ». L’enlèvement de femmes pour devenir épouses de maris (autrement trop pauvres pour se marier) est réapparu en Chine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article