Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Antiquité, Grèce : Périclès de Violaine VANOYEKE

13 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

* VANOYEKE, Violaine ; Périclès, Tallandier, Paris, 1997, 256 pages.

 

            La biographie est complète et permet d’étudier l’époque de l’homme politique en même temps. Le travail est sérieux, avec citation et critique des sources (Aristophane, Plutarque…). Le style est clair, fluide, permettant une lecture sans difficultés.

 

            Les documents comportent deux cartes au début du livre (l’Empire athénien au V siècle, l’Empire Perse à la veille des guerres Médiques ; au milieu de livre des pages de photographies en noir et blanc montrent des bustes de Périclès, détaillent les monuments de l’Acropole (plan général, et photographies des différents monuments), reproduction d’amphore des jeux panathénäiques, puis des bustes de différents personnages importants de cette époque. En annexes se trouvent un lexique, une bibliographie avec les sources anciennes puis les ouvrages d’histoire contemporains, enfin un tableau indiquant les repères chronologiques.

 

            L’ouvrage présente plusieurs points d’études :

 

La première partie (Une famille aristocratique) aborde les origines de sa famille, l’éducation et les influences du jeune Périclès. Puis l’ascension de Périclès en tant que chef du parti démocratique et son opposition à Thucydide, mais aussi sa relation avec Aspasie. Vient ensuite l’étude de Périclès en tant que chef d’Etat, de stratège, ses négociations pour la paix (paix de Callias…). La politique de Périclès permet de regarder les ressources financières d’Athènes et les échanges économiques avant la guerre avec Sparte, puis la politique de grands travaux. Enfin, la guerre du Péloponnèse montre un chef avisé. Ultime chapitre, Périclès a-t-il mené Athènes au désastre ? On voit un homme prudent, non belliqueux sauf quand il le faut et ayant longuement préparé la guerre, mais dans l’impossibilité de prévoir la peste !

 

 

Partager cet article

Commenter cet article