Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Antiquité, source : La conjuration de Catilina par SALLUSTE

11 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

* SALLUSTE, La Conjuration de Catilina, arlea,  Paris, avril 1999 (janvier 1995). (Traduction Jacques Emmanuel Bernard)

 

Code Mat : 937 02 SALL

 

 

Source. Le livre est une source antique, écrite par l’ancien homme politique affilié à César : Salluste. Entre la vie de l’homme qu’il conte et son propre passé se trouvent de très nombreux points communs. Vie de débauche dans sa jeunesse, de complot avec César ensuite. Sa réputation antique est très mauvaise, est-elle fondée ?

 

            Au-delà de l’homme, existe un style ! Celui-ci est puissant, vif, animant les personnages de passions, les événements sont brossés avec talent et vigueur. Les antithèses, les formules de style rendent la lecture agréable, tout en restant très clair. Salluste est un rhéteur dominant très bien son art. Dans le récit survient la grandeur de Rome fondée par sa vertu, puis son déclin causé par la corruption des mœurs et l’indolence liée à l’habitude de la richesse. De grandes figures surgissent, fascinantes… L’ombre de Sylla et de ses proscriptions, la jeunesse débauchée, les soldats ruinés, les citoyens pauvres… Catilina et son passé de débauche, de fratricide, ses ambitions démesurées de conquête du pouvoir, déçues par l’élection de l’ « homme nouveau » Cicéron. Entre l’aristocrate de vieille famille et le consul au lignage modeste se joue un combat pour la perte ou la préservation de la République. Autres personnages imposants : César et Caton d’Utique. Deux discours au Sénat montrent leurs caractères et leurs convictions. Un double portrait antithétique est alors dressé par Salluste. La bataille finale est décrite avec force, montrant le talent employé par Catilina au mal mais aussi la douleur de la guerre civile : « L’armée était saisie d’un frémissement où se mêlaient la joie et le chagrin, le deuil et la fête. »

 

            Salluste était âgé de 23 ans au moment des événements qu’il raconte. Il écrit son livre lorsqu’il est retiré de la vie politique, âgé, après l’assassinat de César.

 

                108 av. : Naissance de Catilina ; 86 : naissance de Salluste. […] 66 : A son retour à Rome, Catilina est accusé de concussion par des ambassadeurs africains qui l’avaient précédé dans la capitale ; il ne peut se présenter au consulat pour l’année 65. Première conjuration à laquelle participe Catilina. 65 : Poursuivi en justice, Catilina ne peut briguer le consulat pour l’année 64. 64 : Cicéron est élu consul pour l’année 63 ; Catilina est battu.

                63 : 1er janvier : Début du consulat de Cicéron. Septembre : nouvel échec de Catilina aux élections ; début de la conjuration. Vers le 20 septembre : Q. Curius, complice de Catilina, révèle ma conjuration à Cicéron, à l’instigation de sa maîtresse Fulvia. 23 septembre : Cicéron fait part au Sénat d’un projet de Conjuration ; mais, en l’absence de preuves, la séance est levée sans qu’aucune décision soit prise. Les sénateurs sont sceptiques. Octobre : durant la nuit du 20 au 21 : des membres influents du Sénat, Crassus en personne, Claudius, Marcellus et Metellus Scipion lui apportent des lettres où ils sont menacés de mort (remise par un inconnu). Cicéron a désormais les preuves qu’il lui manquait pour convaincre le Sénat. 21 octobre : le Sénat vote les pleins pouvoirs à Cicéron. 8 novembre : le matin : tentative d’assassinat contre Cicéron. Quelques heures plus tard, Cicéron prononce la Première Catilinaire : Catilina quitte Rome la nuit suivante. Vers le 17 novembre : Catilina arrive en Etrurie où l’attend l’armée de Manlius. Catilina est déclaré « ennemi public » par le Sénat. C. Antonius est chargé de la guerre contre Catilina. 4 décembre : les conjurés restés à Rome sont arrêtés. 5 décembre : le Sénat décide la condamnation à mort des conjurés ; ils sont exécutés le jour même.

62 : fin janvier : Catilina meurt en combattant à la tête de son armée, au cours de la bataille de Pistoia.

43-42 : parution de la Conjuration de Catilina.

 

Partager cet article

Commenter cet article