Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Antiquité, Source : Anabase de Xenophon

20 Janvier 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

XENOPHON, Anabase, livre I et II, Les Belles Lettres, classiques en poche n°52, Paris, 2000. (Traduction Paul Masqueray)

 

Code Mat : L 880 XENO

 

 

Source. Le livre ne contient que les deux premiers chapitres de l’Anabase. Celle-ci est l’histoire de l’épopée des mercenaires grecs parti aider le prétendant Cyrus a renversé le Roi Perse, et, bien que victorieux, à cause de la mort de Cyrus, se sont retrouvés isolés dans un  pays hostile. Xénophon conte ces souvenirs de jeunesse.

 

             Le livre est une édition bilingue, comportant des notes historiques intéressantes. L’introduction situe l’événement dans les contextes historiques et biographiques de la Perse et de Xénophon. Une carte à la fin de l’ouvrage permet de situer le périple des Grecs. A cela s’ajoute un index et une bibliographie.

 

            « A la mort de Darius II, c’est Artaxerxès II qui lui succède sur le trône de Perse ; mais Cyrus le jeune essaie de détrôner son frère avec le concours des troupes spartiates et des mercenaires grecs, les « Dix mille ». Xénophon, jeune Athénien riche et de bonne famille, aimant les voyages, la guerre et la gloire, décide de suivre Cyrus dans l’espoir de rapporter de cette aventure un beau récit et sans doute de grandes richesses. Malgré la bravoure des Grecs, la guerre tourne mal et Cyrus est tué en 401 à Counaxa, près de Babylone.

 

            Harcelée par les troupes du satrape Tissapherne, l’armée tombe dans un guet-apens et tous les généraux sont tués. Xénophon entre alors véritablement en scène. Il est élu général et contribue par son intelligence à sauver l’armée des mercenaires : groupés autour de lui, les survivants rejoindront la Thrace et passeront au service de Sparte. C’est le récit de cette retraite fameuse, au cœur de l’hiver et des montagnes, du centre de l’Arménie jusqu’à la mer Noire, que Xénophon a noté dans carnets d’expédition et qu’il retrace dans l’Anabase. »

 

 

Partager cet article

Commenter cet article