Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

1ère S : Les Français dans la Guerre (2)

18 Décembre 2009 Publié dans #Cours 1ère

III. Qu’est-ce qu’une guerre totale ?

 

A faire à la maison : notée sur 20

T.P. pages 96-97

            A. Qu’est-ce que le bourrage de crâne » ?

Texte 1 page 96 : Le bourrage de crâne

Question 1 page 97 : Quelles contrevérités apparaissent dans ces extraits de presse ?

_ La presse cherche à minimiser le nombre de morts en affirmant que le nombre de victimes diminue avec le progrès de l’armement.

_ Pour le journal l’Intransigeant les balles et obus ne font que blesser et sont presque inoffensifs !

 

2 page 97 : Quel but visent leurs auteurs ? Quelles peuvent être les réactions de leurs lecteurs ?

_ Les auteurs veulent rassurer les Français sur les conditions de la guerre (projectiles inoffensifs, blessures légères et hommes joyeux).

_ Les propos tenus par les journaux ne sont pas crédibles, ils sont contredits par les faits et les annonces des décès : « pertes effroyables » (l. 2). Les lecteurs se méfient du bourrage de crâne, mais certains cherchent à se rassurer avec ces fausses nouvelles.

 

Illustration 2 page 96 : « La France piétine l’aigle allemand »

3 page 97 : Comment sont symbolisées l’Allemagne et la France ?

L’Allemagne est symbolisée par un aigle, symbole de l’aigle impérial. Cet aigle est noir, retourné sur le dos, vaincu.

La France quant à elle est symbolisée par une femme ailée (République+ange de la liberté) couronnée de lauriers (symbole de la victoire). Elle est vêtue de drapeaux (français sur le buste, mais aussi britannique (pour les Anglais, mais aussi les pays du Commonwealth comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande (Anzac) et surtout le Canada). 

La posture des deux personnages évoque celle de l’archange saint Michel terrassant le dragon (symbole du mal absolu, le diable). 

 

4 page 97 : En quoi cette « une » contribue-t-elle au « bourrage de crâne » ?

La « Une » date du 8 mai 1915 montre le combat juste de la France symbolisant le bien contre l’Allemagne et le mal. Le « bourrage de crâne » se continue en montrant la France en position victorieuse, le combat presque terminé.

 

_ La société est engagée dans la guerre au côté des poilus. La population doit accepter des sacrifices pour l’effort de guerre, c’est la guerre totale. La « mobilisation des esprits » passe par une intense propagande appelée « bourrage de crânes ». Les informations venues de la presse sont contrôlées par la censure, la gravité de la situation cachée aux civils. La propagande guerrière exalte les victoires de l’armée française.

_ Par contre, des journaux de tranchées disent la vérité aux poilus, suscitant une tradition qui dure toujours avec le « Canard enchaîné ».

 

Récit : Le 10 septembre 1915 c’est la création du journal le « Canard Enchaîné ». La propagande guerrière et la censure exaspèrent les pacifistes Maurice et Jeanne Maréchal qui fondent "Le Canard enchaîné". La parution sera interrompue en octobre mais reprendra à partir de juillet. Parmi les premiers collaborateurs du "Canard" : Anatole France, Tristan Bernard ou Jean Cocteau

 

Guerre totale : mobilisation des ressources militaires, économiques, humaines (physiques et psychologiques) dans un conflit ; aucun secteur, aucune personne ne peuvent rester à l’écart du conflit.

 

            B. En quoi la 1ère guerre mondiale est-elle une guerre industrielle et économique ?

                                           

                        1) La mobilisation des esprits

 

Affiche 3 page 96 : l’Or Combat Pour La Victoire

5 page 97 : Quel est l’objectif de cette affiche ?

L’affiche a pour but d’inciter les Français à souscrire aux emprunts de guerre pour financer l’effort de guerre (commande d’armements…).

 

6 page 96 : Comment est symbolisée la France ? Quelle image du soldat allemand donne-t-elle ?

_ La France est symbolisée par un coq (symbole gaulois) figurant sur une pièce en or.

_ Le soldat allemand est effrayé (yeux écarquillés) par le coq, il est penché comme s’il perdait le combat.

 

_ Avant guerre l’épargne des Français est importante (« bas de laine » des paysans). Des affiches demandent à ceux-ci de contribuer à l’effort de guerre en souscrivant aux emprunts de guerre.

_ La guerre coûte cher : pour la petite bataille de Malmaison dans l’Aisne la dépense s’élève à 600 millions de francs-or, soit 10% du budget de la France en 1914.      

_ L’Etat doit fournir un important effort financier avec l’aide des emprunts intérieurs (bons de la défense nationale) et extérieurs (crédits) en particulier auprès des Etats-Unis. L’Etat laisse se développer l’inflation : la masse de billets passe de 6 milliards en 1913 à 35 milliards en 1919.

 

                        2) La guerre industrielle et économique

 

Texte 4 page 97 : L’Etat et les industriels

7 page 97 : Comment Albert Thomas justifie-t-il le dirigisme de l’Etat sur les entreprises industrielles privées ?

Le ministre de l’armement justifie le dirigisme de l’Etat en prétextant de l’urgence des besoins, alors que la main-d’œuvre doit être réparti selon ces besoins.

 

_ L’Etat est amené à installer une « économie dirigée » pour répondre aux besoins de guerre. En effet les besoins sont importants : production d’armements, ravitaillement du front et de l’arrière… Et les possibilités réduites à cause de l’occupation par les Allemands des départements du Nord et de l’Est où se trouvent les mines de charbon, les industries métallurgiques et chimiques.

_ Le dirigisme de l’Etat s’explique aussi par les besoins en main-d’œuvre car les travailleurs sont mobilisés. Le gouvernement décide de retirer du front les spécialistes, d‘utiliser des travailleurs des colonies (220 000 nord africains et indochinois), et surtout d’embaucher des femmes en grand nombre.

 

Tableau statistique 5 page 97 : La guerre économique

8 page 97 : Que révèle cette évolution quant à « l’économie de guerre » française ?

La production industrielle de l’armement augmente très fortement.

 

_ La production industrielle en forte hausse : de 13 000 obus par jour avant guerre à 151 000 en juin 1916. Pour assurer cette hausse l’Etat fait appel aux grandes entreprises privées.

_ Les industriels travaillent pour l’Etat. Louis Renault fabrique des tanks, Marius Berliet des camions. Ils réalisent des profits très importants mais sont considérés dans l’opinion publique comme des profiteurs de guerre.

           

            C. Quelle est la situation des femmes durant la guerre ?

 

Texte 6 page 97 : Les femmes à l’usine

Une de journal 7 page 97 : Une de L’Excelsior, le 12 février 1917 

9 page 97 : Quelle image et quel rôle des femmes françaises sont mis en valeur par ces documents ?

_ La femme fournit de nombreux efforts durant la guerre : elle remplace les hommes aux travaux des usines.

_ Cependant les conséquences des lourds travaux réservés aux hommes et du rythme de production intense rendent les conditions de travail difficile. Les femmes sont épuisées par ces travaux : « c’est une loque que l’usine jette à la rue ».

 

10 page 97 : En quoi le texte contredit-t-il et complète-t-il la une de journal ?

_ La femme est effectivement présente à l’usine avec beaucoup de dignité sur la photographie. L’image complète le texte en montrant les machines de production, ses cheveux  sont sous un fichu pour éviter les accidents.

_ Cependant, l’image ne montre pas la très grande fatigue des femmes au sortir de leur travail épuisant.

 

Récit : Les femmes remplacent les hommes partis au front. Elles doivent assumer leurs travaux traditionnels (travail dans le textile ou à la ferme, élever les enfants, soigner les grands-parents âgés mais aussi les invalides et mutilés de retour de la guerre) ; de plus en plus elles remplacent les hommes dans les secteurs prestigieux mais difficiles qui leur étaient réservés.

 

 

_ Les femmes prennent un rôle de plus en plus important dans la guerre industrielle. Les travaux prestigieux et difficiles réservés aux hommes sont occupés avec le départ des hommes au front par des femmes. Elles assument aussi les travaux traditionnels : éducation des enfants, soin des invalides de guerre de retour du front… Dans les fermes les femmes accomplissent leurs travaux agricoles mais aussi ceux de leurs maris.

_ Les employées féminines acquièrent une liberté dans le faits plus grande. Les « munitionnettes » deviennent des suffragettes en faveur des droits des femmes comme le droit de vote. Après guerre les femmes désirent leur émancipation (« garçonnes » dans les années folles).

 

 

Rédigez une synthèse d’une page expliquant comment la guerre totale engage toute la nation française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V. Comment s’organise le souvenir ?

Pourquoi Verdun est-il devenu le principal « lieu de mémoire » de la Grande Guerre pour les Français ? Comment les familles vivent-elles le deuil ?

 

Photographie 1 page 100 : Cimetière de Verdun

Question 1 page 101 : Que symbolise ce lieu ? En quoi peut-il inciter les Français à considérer la Grande Guerre comme la « der des der » ?

_ Le cimetière de Verdun symbolise tous les sacrifices et la mort des soldats français pour défendre leur patrie, mais aussi la perte d’une génération et les horreurs de la guerre.

_ Le rappel de l’horreur de la guerre et du très grand nombre de morts incite les Français au pacifisme à cause du prix trop élevé de la guerre. Cette guerre est considérée comme la « der de der » (la dernière de toutes les guerres) à cause de ce grand nombre de morts.

 

Photographie 4 page 93 : L’ossuaire de Douaumont et son cimetière

Question 3 page 93 : Comment l’ossuaire de Douaumont s’affirme-t-il comme un haut lieu de la Grande Guerre ?

L’ossuaire est construit dans sur le site de l’effroyable bataille de Verdun. C’est le lieu où viennent se recueillir les familles de 15 000 soldats tués, mais aussi celles ne connaissant pas où sont enterrés leurs parents, soldats anonymes. En effet l’ossuaire recueille les ossements de dizaines de milliers de soldats anonymes.

 

+ Quels sont les autres moyens pour commémorer la mémoire des soldats morts ?

Fête nationale du 11 Novembre, monuments aux morts, soldat inconnu.

 

_ Verdun est devenu le principal « lieu de mémoire » à cause du très grand nombre de morts dans cette bataille incarnant la défense de la Patrie. L’ossuaire de Douaumont est devenu un lieu de pèlerinage pour les parents des soldats enterrés mais aussi pour les familles dont les parents sont morts que leurs corps ne soient identifiés. En effet l’Ossuaire de Douaumont (inauguré le 18 septembre 1927) regroupe les ossements de dizaines de milliers de soldats anonymes : la violence des combats a pulvérisé les corps devenus impossibles à identifier.   

_ Pour commémorer les défunts des monuments aux morts sont érigés, souvent financés par conscription publique. Le 11 novembre 1920 est déposé le cercueil d’un soldat inconnu à l’Arc de Triomphe. En 1922 le 11 Novembre devient fête nationale. 

_ La guerre a bouleversé la vision du monde, le poète Paul Valéry écrit ainsi en 1919 : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles ».

 

Document sonore : la prière de l’enfant mort

OU

Photographie 2 page 100 : Sur la tombe d’un soldat

Question 2 page 101 : Quels sentiments sont suggérés par cette photographie ?

La photographie montre le sentiment de deuil qui affecte les familles.

 

+ Que peut-on dire des personnes qui sont sur la photographie ?

On voit que le deuil frappe toutes les générations (mère, épouse et sœurs, enfants). Les femmes sont nombreuses en effet le déséquilibre des sexes est important après la guerre.

 

_ Durant la guerre 1,4 million de Français sont morts (28% des combattants). 900 soldats sont morts chaque jour en moyenne pendant 4 ans et demi. Les ¾ des Français ont perdu un proche ou un ami. C’est un deuil de masse qui fait sentir ses effets pendant plus de 20 ans.

_ La guerre provoque un important déséquilibre entre les sexes. Les jeunes femmes ne trouvent pas d’époux, des mariages sont rompus par la mort (700 000 veuves de guerre). Le déficit de naissances est estimé à 1,6 million. Les orphelins sont au nombre de 800 000.

Deuil : le deuil est la souffrance provoquée par la mort d’un proche ; au début du XX siècle, « être en deuil » s’extériorise par des vêtements noirs et des attitudes jugées conformes à cette situation.

1e Fiche d’objectifs histoire n°3

 

LES FRANÇAIS DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE  (1914 - 1918)

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Pourquoi un conflit mondial se déclenche-t-il ?

                A. Quels systèmes d’alliances s’opposent en Europe ?

                B. Quel engrenage conduit à la guerre ?

                               1) L’engrenage des esprits et des idéologies.

                               2) L’engrenage des alliances

                C. Quelles sont les grandes phases de la guerre ?

II. Comment se forge l’idéal de la défense de la Patrie dans les premiers mois de guerre ?

                A. Comment les Français sont-ils entrés dans la guerre ?

                B. Qu’est-ce que l’ « Union sacrée » ?

III. Qu’est-ce que le patriotisme défensif ?

                A) Comment  les soldats peuvent-ils endurer de telles souffrances ?

                               1) Les difficiles conditions de vie

                               2) La volonté de défendre le pays

                               3) Mutineries et les grèves de 1917

                B) Comment la culture de guerre et la politique impliquent-elle dans la guerre les civils ?

IV. Qu’est-ce qu’une guerre totale ?

V. Comment s’organise le souvenir ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Nationalisme : (page 237) a la différence du patriotisme qui exalte l’amour de la patrie, milite pour la reconnaissance et prône lorsqu’elle est en danger la mobilisation de tous les citoyens, le nationalisme est un sentiment agressif fondé sur l’intolérance à l’égard des autres nations, la haine de l’étranger assimilé au barbare, et la guerre de conquête. A la fin du XIX siècle, les sentiments nationaux s’exacerbent dans toute l’Europe, en particulier lors de l’expansion coloniale. 

Pangermanisme : volonté de regrouper tous les Allemands dans un seul pays.

Etat-nation : pays regroupant un peuple et son territoire.

Guerre de mouvement : priorité donnée dans le conflit au déplacement rapide des troupes.

Guerre de position : Les armées stationnent au même endroit pendant plusieurs mois (pendant la  1ère Guerre Mondiale), les tranchées sont l’illustration de la guerre de position).

Union sacrée : union de toutes les forces politiques en vue de défendre le pays ; les oppositions politiques, sociales et spirituelles passent au second plan.

Mutinerie (p. 236) : Dans l’armée, refus d’obéir à un ordre.

Guerre totale : mobilisation des ressources militaires, économiques, humaines (physiques et psychologiques) dans un conflit ; aucun secteur, aucune personne ne peuvent rester à l’écart du conflit.

Deuil : le deuil est la souffrance provoquée par la mort d’un proche ; au début du XX siècle, « être en deuil » s’extériorise par des vêtements noirs et des attitudes jugées conformes à cette situation.

Paix religieuse : la laïcité acceptée par la majorité des catholiques et la part que ces derniers ont prise à la guerre favorisent une atmosphère de réconciliation nationale en rupture avec l’intensité des conflits du début du XX siècle.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

Evénements politiques

31 juillet 1914 : Assassinat de Jaurès

Août 1914 : Union sacrée

Octobre 1915 : Briand forme le gouvernement

Janvier 1917 : Début des mouvements de grèves

Novembre 1917 : Clemenceau président du Conseil

Evénements militaires

3 août 1914 : L’Allemagne déclare la guerre à la France

Septembre 1914 : Bataille de la Marne

Septembre 1915 : Début de l’offensive française en Champagne

Février 1916 : Début de la bataille de Verdun

Avril 1917 : Premiers refus collectifs d’obéissance

11 novembre 1918 : Armistice

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ Je sais analyser des cartes militaires.

5/ Je sais analyser des photographies.

6/ Je sais répondre à des questions sur un texte.

7/ Je sais commenter une caricature.

1e Fiche d’objectifs histoire n°3

LES FRANÇAIS DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE  (1914 - 1918)

                                               SAVOIR

notions

méthodes

Problématique :

            En quoi la guerre entraîne-t-elle la « brutalisation de la société » dans la culture de guerre  et la guerre totale ?

  I. Pourquoi un conflit mondial se déclenche-t-il ?

 

            A. Quels systèmes d’alliances s’opposent en Europe ?

            B. Quel engrenage conduit à la guerre ?

 

II. Comment se forge l’idéal de la défense de la Patrie dans les premiers mois de guerre ?

 

            A. Comment les Français sont-ils entrés dans la guerre ?

Que révèle la manière dont les Français entrent dans le conflit ?

             B. Qu’est-ce que l’ « Union sacrée » ?

 

III. Qu’est-ce que le patriotisme défensif ?

Comment les Français s’adaptent-ils à la situation créée par le conflit ?

 

            A) Comment  les soldats peuvent-ils endurer de telles souffrances ?

                        1) Les difficiles conditions de vie                                                                      2) La volonté de défendre le pays

Qu’est-ce que le patriotisme défensif ?

                        3) Mutineries et les grèves de 1917

            B) Comment la culture de guerre et la politique impliquent-elle dans la guerre les civils ?

 

IV. Qu’est-ce qu’une guerre totale ?

            A. Qu’est-ce que le bourrage de crâne » ?

            B. En quoi la 1ère guerre mondiale est-elle une guerre industrielle et économique ?

                        1) La mobilisation des esprits

            2) La guerre industrielle et économique

            C. Quelle est la situation des femmes durant la guerre ?

 

V. Comment s’organise le souvenir ?

Pourquoi Verdun est-il devenu le principal « lieu de mémoire » de la Grande Guerre pour les Français ? Comment les familles vivent-elles le deuil ?

 

 

« brutalisation » de la société

 

 

 

 

Alliances

 

Nationalisme, patriotisme

           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Union sacrée

 

 

 

 

 

 

 

Poilus

 

 

 

Mutinerie

« chair à canon »

 

 

guerre totale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deuil

 

 

 

 

 

 

 

Etude de chronologies

 

 

Etude de cartes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de texte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude d’affiches

 

 

 

Comparer texte et image

 

 

Etude de photographie

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

castex charlotte 28/01/2010 19:03


Bonjour monsieur,
 suite à des problémes de santé, je n'ai pu faire le contrôle sur les Etats-Unis du mardi, pourrai-je le rattraper le lundi 1er février?

Merci d'avance ,Charlotte


10/02/2010 10:54


C'est fait.



Pouyol Manon 21/12/2009 20:04


Bonjour monsieur, j'aurais aimé savoir si le programme de révision avait changé puisqu'il est reporté à la rentrée il me semble pour savoir s'il faut apprendre ou non les derniers chapitres je
pense que non mais j'aimerai etre certaine. Et le bac blanc est bien reporté au vendredi de la rentrée? Bonnes vacances


22/12/2009 10:52


Bonjour Manon, 

      le programme de révision reste inchangé pour le report du contrôle le vendredi de la rentrée, à condition que je puisse à nouveau réserver les salles 401-402,
etc... ! Cependant il serait bien de réviser aussi les autres chapitres car le véritable Bac blanc tombe la seconde semaine après les vacances de février. Et le temps sera très court entre ce
bac blanc et le bac blanc officiel du lycée.

        Bonnes vacances Manon