Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Emeutes et guerre de la faim (préparation de la conférence débat du 22 avril 2008)

18 Avril 2008 Publié dans #Activités et conférenciers

Un texte pour mieux cerner les enjeux de l’agriculture dans le monde : émeutes et guerres de la faim

 

           

Un texte pour mieux cerner les enjeux de l’agriculture dans le monde : émeutes et guerres de la faim

 

         Si les OGM poussaient de partout, y aurait-il eu des émeutes de la faim ? Les défenseurs des organismes génétiquement modifiés assurent que non. Mais les OGM devaient déjà nous préserver des famines, non? Pourquoi 820 millions de personnes sont-elles encore sous-alimentées dans le monde? Et pourquoi, alors que la productivité agricole est incroyablement élevée, ce chiffre augmente de plus en plus vite, selon la FAO ?

Il y a plus d'un an, les Mexicains manifestaient dans les rues parce que le prix de la tortilla, leur aliment de base, avait grimpé de 14 à 50% selon les régions en 2006 et de 40% en 2007. En ce moment, le maïs sert plutôt à remplir les réservoirs des bagnoles américaines et les pauvres des pays pauvres n'ont plus qu'à dépenser plus pour manger moins.

On a bien vu tout au long de l’été 2007 que les cours des matières premières agricoles avaient augmenté. Au retour des vacances, en France, tout le monde a hurlé parce que le prix de la baguette avait pris 10, 15 voire 20%. Les céréaliers se sont empressés d’expliquer que la part des céréales ne comptait que pour une infime partie du prix du produit final. Pour mesurer l'impact d'une hausse du prix des céréales sur le prix du pain, des viandes de poulet et de porc, l'Association des producteurs de blé (AGPB) a mesuré ce que représente le coût de la matière première dans le prix de ces produits. Résultat: la part des céréales n'est que de 4,2% dans le prix d'une baguette, 9,8% dans celui du kilo de poulet et 6,6% dans le kilo de longe de porc. Donc si votre boulanger a augmenté le prix de la baguette, ce n’était pas pour compenser le prix de ses céréales… Faudra aller le lui dire.

Tout cela nous renseigne sur un point: la façon dont on cultive la nourriture des hommes va devoir radicalement changer dans le futur.  Ou alors se préparer aux guerres à venir: guerres de la soif, de la faim, pour la vie. Les enjeux sont de taille: nourrir de plus en plus d’hommes dans un monde sujet aux changements climatiques, le tout en évitant les crises sociales et un effondrement environnemental.

Quelques 400 experts se sont creusés la tête pour dégager quelques pistes et évaluer les techniques et sciences agricoles dans le monde. Ils constatent l'échec de l'agriculture productiviste, l'incapacité des cultures transgéniques à préserver le monde des famines et déplorent l'impact environnemental de l'agriculture mondiale. Ils ne proposent donc pas forcément que l'on se concentre sur les biotechnologies et plaident en faveur de plus d'équité entre les systèmes nord-sud. Le patron de l’IAASTD estime que les plus pauvres sont les plus mal desservis par le système actuel (étonnant...). “Les incitations pour que la science s’occupe des problématiques des plus pauvres sont assez faibles. Les plus pauvres des pays en développement sont les grands perdants de l'agriculture mondialisée, quels que soient les scenarii de libéralisation du commerce.” En gros, que les OGM nourrissent les affamés est assez peu probable. Ils continueront longtemps à nourrir la viande des plus riches.

L’agriculture moderne a fourni d’inestimables progrès en matière de production alimentaire. Mais la répartition de ces bénéfices est inégale tandis que le coût de ces progrès techniques est insupportable pour les communautés agricoles, les petits fermiers, et les ruraux. A titre d’info, souvenons-nous qu’il existe trois milliards de paysans dans le monde, dont 30 millions seulement sont motorisés.

D’après le rapport, il faut de tout urgence élaborer des cadres légaux, économiques et institutionnaux qui préserveraient à la fois la productivité agricole mais aussi les ressources naturelles comme les sols, l’eau, les forêts et la biodiversité. Les auteurs de l’évaluation estiment que si l’on continue sur la voie de l’ultra-sophistication, de la productivité à tout crin, les ressources seront vite épuisées et le futur de nos enfants mis en péril. “On a peu de temps pour inverser la tendance” préviennent-ils.

64 gouvernements ont validé l’évaluation, sauf l’Australie, les Etats-Unis et le Canada.

 

D’après le blog du journal Libération : Libération.fr : Six pieds sur Terre

Source : http://environnement.blogs.liberation.fr/

 

* Questions sur le texte sur les émeutes de la faim

1. Présenter le document (NADA) Nature, auteur, date, analyse.

2. Pourquoi existent-ils des émeutes de la faim ? Expliquez la situation au Mexique.

3. Pourquoi les prix mondiaux des aliments augmentent-ils ?

4. Quel autre usage des céréales à part l’alimentation peut-il être fait ? Pourquoi ?

5. Pourquoi les OGM et les techniques de productions agricoles sont-ils remis en question dans l’agriculture mondiale ?

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article